Lectio actum Galzinarium

Collecté en 2000 Sur les Communes de Alrance, Arvieu, Ayssènes, Durenque, Réquista, Salmiech Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les parodies du sacré sont calquées sur des matrices issues de la liturgie.

Cette séquence est illustrée par des images tournées au Musée du charroi de Salmiech.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉA VAYSSIÈRE

née Crouzet en 1925 à Clausèles d'Arvieu.

Transcription

Occitan
Français
« Mossur l'abat Galzin,
Al fèr tendut per un lapin,
Trobèt un vièlh rainald
Qu'aviá una coa coma un chaval.
En li paupent la codena,
Li semblèt de bona mena
E, tot fièr d'aquela aubena,
Lo carguèt sus l'espatla amb un pal
E vite lo prenguèt a l'ostal.
Madomoisèla Galzina,
Qu'aviá pas lo brevet de cosina,
Di(gu)èt en lo vegent tot arrondit :
“Farem plan de ne tirar profit,
En lo metent dins la topina.
El qu'a una tan brava esquina,
Nos farà fòrças porcions
Per nòstra granda invitacion.”
Lo pengèt per un cordèl
Per i levar la pèl
E lancèt un comís
Per sonar los curats vesins.
Lo brave curat de Sent-Remèsi,
Que partís pas sans reflechir,
Di(gu)èt : “Per un traça de lapin
M'anarai pas desartelhar
Sans saupre se se pòt manjar.
Aquel fricòt m'agrada pas gaire a ieu,
E sai que demorarai ben dins mon niu.”
Se totes l'avián imitat
Çò qu'anatz entendre seriá pas arribat.
Quand aprenguèt la novèla
D'una bona fèsta a La Capèla,
Lo curat de La Beça,
De suita après la messa,
Passèt la lenga pels pòts
E demandèt sos esclòps.
Sans dessenar montèt a chaval
E a còp d'esperons pel ribièiral,
Du(gu)èt d'abòrd arribar a l'airal.
Nòstre curat d'Alrança,
Fièr d'anar romplir la pança,
Di(gu)èt a son novèl vicari
Plan partisen d'un bon ordinari :
“Anem vite a-n-acò de Galzin
Que duèi i a mai que de bodin !”
Lo lòng curat d'Arviu,
Per arribar pas tard a la reünion,
Asaguèt en sautent lo riu
E disiá : “Ai ! Se n'i aviá pas per ieu…”
Lo vièlh curat de Durenca
Que d'un garric mordiriá l'aubenca,
Pensava que dins aquel repais
Poiriá donar un bon còp de cais.
Lo paure curat de Lebós
N'a sovent que de trufons,
Puslèu que de mancar la fèsta,
Auriá sautat per la fenèstra.
Per i èsser dabans miègjorn,
Parti(gu)èt a poncha de jorn.
L'afable curat de Cannac
Qu'a pas jamai refusat
Tanlèu que l'an invitat
E l'èr tot rejoít
Quand l'aste vira un rostit
Agèt vite cambiat de mina
Quand senti(gu)èt la topina.
N'agèt pas puslèu tastat
Que di(gu)èt a-n-aquel qu'èra a costat :
“Serà pas ieu que lecarai lo plat…”
L'ancien curat de Copiaguet,
Crese que s'apèla Joanet,
Trobèt e prenguèt lo borset.
“Fotral, li di(gu)èt Fijaguet,
Prenètz pas qu'un saquet,
Que benlèu n'es pas gaire net…
– S'èra pas un cabecon,
Li respondèt lo vièlhon,
Tretariatz pas de piòt
Lo que manja çò que pòt.
Ieu mange pas gaire mens
Quand age pas que doas dents
Pòsque pas mordir cap d'òs,
Totjorn prene lo daquòs.”
Aquel vièlh rainald
Pas tròp confit coma cal
Ambe quauques grans de pebre
Per lo faire un pauc pus negre
Lor fiquèt una colica
Qu'auriá empoisonada l'Africa.
Lo monde de La Rascanha
Disián en se bochent la trònha :
“Los qu’an manjat aquel parfum
An manjat de rebolum !
Aquò put tant a canin
Que podètz pas demorar aicí !
Tampem-nos totes lo nas
Per arrestar aquel missant gas !”
Los paures invitats,
Quand se vegèron colhonats,
Disián : “Sauvem-nos totes d’aicí
Nos caldrà ben arrestar en camin…”
Los que marchavan dos a dos
Disián sovent “Escusas…
Fai tot sol quauques pas,
Me cal desfar los botons…”
Dormi(gu)ètz pas a mon recit,
Entendètz aquò pus polit :
Lo grand curat de La Beça
Que, sabètz, totjorn se premsa,
Quand sasquèt plan sadol,
Volguèt s'en anar tot sol.
Dins lo bòsc de la devesa,
Aicí n’es pas una fadesa,
Remarquèt tot d’un còp
Que n’aviá romplit un esclòp…
“Ai, ai… qué devendrai ?
Per m'en anar cossí farai ?”
Quand arribèt al Joanesc,
Aquí sul camin de Rodés,
Que tota la canalha lai i es,
Totes los cans del vilatge
Disián : “Çai i a un rainald de passatge !”
E totes ambe lo nas
Li sentissián lo detràs.
E disián : “Aquò n’es un ! Aquò n’es un !
O coneissi al parfum !”
Forçat aquí de s’arrestar,
Lo paure, prèste a s’estavanir,
Dintrèt dins l’ostal lo pus vesin
E demandèt de lo secorir :
“Donatz-me, se vos plai, de vin caud,
Per rescaufar mon centre
E guerir mon mal de ventre.”
Quand se sesquèt assetat,
Davant un fuòc plan alucat,
De son centre venguèt un vent
Que fa(gu)èt tremblar tot lo bastiment…
Los cats se cresián empoisonats,
Cridavan coma d’enratjats.
Los qu’èran anats al lièch
Cutèron pas l’uèlh de tota la nuèch.
Totes volián estavanir,
Sabián pas que devenir.
Quand se sesquèt rescaufat,
Lo malurós encolicat
S'en anèt coma posquèt.
E mai d’un còp pel camin
Repetèt aquel refrinh :
“Al diable la Galzina
E çò qu’aviá dins sa topina !”
Abans d’arribar ches el,
Sans luna ni solelh,
Volguèt netejar son esclòp
E li calguèt passar mai d’un còp.
Aquel orible evenament
Fa(gu)èt tot lo torn del departament.
Lo lendeman totas las pòstas
Anonçavan aquelas rivòtas
E pertot èra question
De Galzin e de son invitacion.
Lo grand evesque de Rodés
Qu’es pus fièr que s’i pareis,
Agèt vite la novèla
De çò que s’èra passat a La Capèla.
Amai qu'aquò lo regardèsse pas,
Posquèt pas téner sans i metre lo nas.
Informèt que Mossur Galzin
Aviá manjat un rainald per un lapin,
E que decont los invitats,
En s'en tornent, èran passats,
Los camins èran infestats.
Li lancèt un long mandament
Per i dire d’i tornar pas sovent.
Dins un article per la Galzina,
Li reprochava sa missanta cosina,
Li recomandava de far estamar los plats
Qu’avián tant desrenjats los curats.
Ne dirai pas res pus
Per fatigar pas degús,
Mès la refleccion que farai,
[E per aquí finirai,]
Aquò’s que, a La Capèla,
Los dinnars se fan a la farcèla,
E que los que i son anats
Plan sovent s'en son tornats
Malpròpres e plan colhonats ! »
Lectio actum Galzinarium
« Monsieur l’abbé Galzin,
Au piège tendu pour un lapin,
Trouva un vieux renard
Qui avait une queue comme un cheval.
En lui palpant la couenne
Elle lui sembla de bonne espèce
Et, tout fier de cette aubaine,
Il le chargea sur son épaule avec un bâton
Et vite il le prit à la maison.
Mademoiselle Galzin,
Qui n’avait pas le brevet de cuisine,
Dit en le voyant tout arrondi :
“Nous ferons bien d’en tirer profit,
En le mettant dans le pot.
Lui qui a un si gros dos,
Il nous fera beaucoup de portions
Pour notre grande invitation.”
Elle le pendit à un cordon
Pour lui enlever la peau
Et elle lança un commis
Pour appeler les curés voisins.
Le brave curé de Saint-Rémy,
Qui ne part pas sans réfléchir,
Dit : “Pour un petit lapin
Je n’irai pas me casser les orteils
Sans savoir s’il peut se manger.
Ce fricot ne me plaît pas beaucoup à moi,
Et je sais que je resterai bien dans mon nid.”
Si tous l’avaient imité
Ce que vous allez entendre ne serait pas arrivé.
Quand il apprit la nouvelle
D’une bonne fête à La Capelle,
Le curé de La Besse,
Tout de suite après la messe,
Se lécha les babines
Et demanda ses sabots.
Sans hésiter il monta à cheval
Et à coups d’éperons dans la vallée,
Il dut tout de suite arriver à l’endroit.
Notre curé d’Alrance,
Fier d’aller remplir sa panse,
Dit à son nouveau vicaire
Bien partisan d’un bon ordinaire :
“Allons vite chez Galzin
Car aujourd’hui il y a plus que du boudin !”
Le long curé d’Arvieu,
Pour ne pas arriver tard à la réunion,
Se mouilla les pieds en traversant le ruisseau
Et il disait : “Aïe ! S’il n’y en avait pas pour moi...”
Le vieux curé de Durenque
Qui d’un chêne mordrait l’aubier,
Pensait que dans ce repas
Il pourrait donner un bon coup de mâchoire.
Le pauvre curé de Lebous
N’a souvent que des pommes de terre,
Plutôt que de manquer la fête,
Il aurait sauté par la fenêtre.
Pour y être avant midi,
Il partit à la pointe du jour.
L’affable curé de Cannac
Qui n’a jamais refusé
Aussitôt qu’ils l’ont invité
Et l’air tout réjoui
Quand la broche tourne un rôti
Eut vite changé de mine
Quand il sentit le pot.
Il n’eut pas plus tôt goûté
Qu’il dit à celui qui était à côté :
“Ce ne sera pas moi qui lécherai le plat...”
L’ancien curé de Coupiaguet,
Je crois qu’il s’appelle Jouannet,
Trouva et prit la petite bourse.
“Fichtre, lui dit Figeaguet,
Ne prenez qu’un petit sac,
Car ce n’est peut-être pas bien net...
–­ Si ce n’était pas un cabécou,
Lui répondit le petit vieux,
Vous ne traiteriez pas d’idiot
Celui qui mange ce qu’il peut.
Moi je ne mange pas beaucoup moins
Bien que je n’aie que deux dents
Que je ne puisse mordre aucun os,
Je prends toujours le truc.”
Ce vieux renard
Pas trop mitonné comme il faut
Avec quelques grains de poivre
Pour le rendre un peu plus noir
Leur ficha une colique
Qui aurait empoisonnée l’Afrique.
Les gens de La Rascagne
Disaient en se bouchant le nez :
“Ceux qui ont mangé ce parfum
Ont mangé des raclures !
Cela pue tellement âcre
Que vous ne pouvez pas rester ici !
Bouchons-nous tous le nez
Pour arrêter ce mauvais gaz !”
Les pauvres invités,
Quand ils se virent couillonnés,
Disaient : “Sauvons-nous tous d’ici
Il nous faudra bien nous arrêter en chemin...”
Ceux qui marchaient deux par deux
Disaient souvent : “Tu m’excuses...
Fais tout seul quelques pas,
Il me faut défaire les boutons...”
Ne dormez pas à mon récit,
Entendez le plus beau :
Le grand curé de La Besse
Qui, vous le savez, toujours se presse,
Quand il fut bien repu,
Voulut s’en aller tout seul.
Dans le bois de La Devèze,
Ici ce n’est pas une fadaise,
Il remarqua tout à coup
Qu’il en avait rempli un sabot...
“Aïe, aïe... que deviendrai-je ?
Pour m’en aller comment ferai-je ?”
Quand il arriva au Jouanesq,
Là, sur le chemin de Rodez,
Où toute la canaille se trouve,
Tous les chiens du village
Disaient : “Il y a ici un renard de passage !”
Et tous avec le nez
Lui sentaient le derrière.
Et ils disaient : “C’en est un ! C’en est un !
Je le reconnais au parfum !”
Forcé là de s’arrêter,
Le pauvre, prêt à s’évanouir,
Entra dans la maison la plus voisine
Et demanda du secours :
“Donnez-moi, s’il vous plaît, du vin chaud,
Pour réchauffer mon centre
Et guérir mon mal de ventre.”
Quand il se fut assis,
Devant un feu bien allumé,
De son centre vint un vent
Qui fit trembler tout le bâtiment...
Les chats se croyaient empoisonnés,
Ils criaient comme des enragés.
Ceux qui étaient allés au lit
Ne fermèrent pas l’œil de toute la nuit.
Tous voulaient s’évanouir,
Ils ne savaient que devenir.
Quand il se fut réchauffé,
Le malheureux souffrant de la colique
S’en alla comme il put.
Et plus d’une fois sur le chemin
Il répéta ce refrain :
“Au diable Madame Galzin
Et ce qu’elle avait dans son pot !”
Avant d’arriver chez lui,
Sans lune ni soleil,
Il voulut nettoyer son sabot
Et il lui fallut passer plus d’une fois.
Cet horrible événement
Fit tout le tour du département.
Le lendemain toutes les postes
Annonçaient ces ribotes
Et partout il était question
De Galzin et de son invitation.
Le grand évêque de Rodez
Qui est plus fier qu’il n’y paraît,
Eut vite la nouvelle
De ce qui s’était passé à La Capelle.
Bien que cela ne le regardât pas,
Il ne put pas tenir sans y mettre le nez.
Il informa que Monsieur Galzin
Avait mangé un renard pour un lapin,
Et que là où les invités,
En repartant, étaient passés,
Les chemins étaient infestés.
Il lui lança un long mandement
Pour lui dire de ne pas recommencer souvent.
Dans un article pour Madame Galzin,
Il lui reprochait sa mauvaise cuisine,
Il lui recommandait de faire étamer les plats
Qui avaient tant dérangés les curés.
Je n’en dirai rien de plus
Pour ne fatiguer personne,
Mais la réflexion que je ferai,
[Et par là je finirai,]
C’est que, à La Capelle,
Les déjeuners se font à la farcelle,
Et que ceux qui y sont allés
Bien souvent en sont repartis
Malpropres et bien couillonnés ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...