Lectio actum Galzinarium

J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques raillant le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses.

Les parodies du sacré sont calquées sur des matrices issues de la liturgie.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JOSEPH GARRIGUES

né en 1915 à Rullac Saint-Cirq.

Transcription

Occitan
Français
« Per anima,
Secula secolorum
Amen.
Graciasagamus
Domino Deo nostro

Òmes e femnas,
Dorbissètz bien totas las aurelhas
Vos vau contar una novèla
Que se passèt a La Capèla Farcèl.
Aquò èra del temps
Del paure curat vièlh Galzin,
Aviá tendut a-z-un lapin,
Al luòc d'èstre un lapin,
Ne sia(gu)èt un rainald,
E n’aviá una coa coma un chaval.
Vite trapèt un pal
E lo prenguèt a l’ostal,
Quand sia(gu)èt a l'ostal,
Trapèt un cordèl, un cotèl
Per li enlevar la pèl.
En li palpent la codena,
Li'n paresquèt de bona mena.
Madama la Galzina
Qu'èra brevetada dins sa cosina,
Di(gu)èt : “Fariam plan de ne tirar partida…”
Li t'envoièron un comissari vesin
Per invitar totes los curats vesins.
En traversent lo ribièiral,
Dins d'abòrd sosquèt a l'airal.
Lo curat de La Beça,
Que totjorn a premsa,
En dire la messa,
Passava la lenga pels pòts
E demandava los esclòps.
Lo curat d’Arviu,
Que davalèt tot drech,
S'en asaguèt en sautent lo riu,
Lo curat d’Alrança,
Que n'aviá una brava pança,
En di(gu)ent la messa,
Disiá a son vicari :
“Ai, ai, ai qué devendrai ieu ?
N'i aurà pas per ieu…”
Lo curat de Durenca,
Que cada còp de cais anava a l’aubenca,
Lo curat de Cannac,
Que n'a pas jamai refusat
Quand l'an invitat,
Di(gu)èt a-n-aquel qu'èra a son costat :
“Serai pas ieu que vos lecarai lo plat !”
Lo curat de Lebós,
Que tota l'annada ne manja que de trufons,
Di(gu)èt : “Aicí, a-n-aquò de Mossur Galzin
I aurem mai que de bodin !”
Lo curat de Fijaguet,
Aquel fotralet,
Sai pas se l'apelavan Joan o Joanet,
Que ne mangèt lo'n dolarà.
Lo paure vièlhon de Copiaguet
Li di(gu)èt : “Te siás ben servit d'un saquet,
Que sai pas se me lo trobaràs bien net.”
Lo paure vièlhon li di(gu)èt :
“Ieu que n'ai pas de dents per ronhar l'òs,
E me servissi del daquòs.”
Lo curat de Sent-Remèsi,
Que jamai partís pas sans plan ne reflechir,
Di(gu)èt : “Aicí a-n-acò de Mossur Galzin,
I aurem pas qu'un trace de lapin.”
Los paures vièlhons
S'en anavan de dos a dos,
En traversent lo bòsc de la devesa,
S'aquò n'es pas una fadesa,
De temps en temps s'arrestavan
E disián : “Escusatz-me, me cal desfar mos botons…”
En passent al Joanesc,
Que tota la canalha lai es,
Los cans cridavan coma d'enratjats
E disián : “Aicí i a un rainald que çai i es passat…”
Los dos paures vièlhons
S'en anavan de dos a dos
En di(gu)ent : "Que s'ane far fotre Madama la Galzina
Ambe tot çò que a dins sas topinas !
Nos a fach atrapar una colica
Que n'auriam empestada l'Africa !”
L'evesque de Rodés, aquò lo regardava pas
Amai volguèt pasmens i metre lo nas,
Di(gu)èt a Madama la Galzina
Que volguèssa bien verifiar sas topinas.
Amen.
Voilà. »
Lectio actum Galzinarium
« Per anima,
Secula secolorum
Amen.
Graciasagamus
Domino Deo nostro…

Hommes et femmes,
Ouvrez bien tous les oreilles,
Je vais vous raconter une nouvelle
Qui se passa à La Capelle Farcel.
C’était du temps
Du pauvre vieux curé Galzin,
Il avait tendu un piège à un lapin,
Au lieu d’être un lapin,
Ce fut un renard,
Et il avait une queue comme un cheval.
Vite il attrapa un bâton
Et il le prit à la maison,
Quand il fut à la maison,
Il attrapa un cordon, un couteau
Pour lui enlever la peau.
En lui palpant la couenne,
Elle lui parut de bonne espèce.
Madame Galzin
Qui était brevetée dans sa cuisine,
Dit :“Nous ferions bien d’en tirer parti...”
Ils envoyèrent un commissaire voisin
Pour inviter tous les curés voisins.
En traversant la vallée,
Aussitôt il fut à l’endroit.
Le curé de La Besse,
Qui est toujours pressé,
En disant la messe,
Se léchait les babines
Et demandait ses sabots.
Le curé d’Arvieu,
Qui descendit tout droit,
Se mouilla les pieds en traversant le ruisseau,
Le curé d’Alrance,
Qui avait une grosse panse,
En disant la messe,
Disait à son vicaire :
“Aïe, aïe, aïe que deviendrai-je ?
Il n’y en aura pas pour moi...”
Le curé de Durenque,
Qui à chaque coup de mâchoire allait à l’aubier,
Le curé de Cannac,
Qui n’a jamais refusé
Quand ils l’ont invité,
Dit à celui qui était à son côté :
“Ce n’est pas moi qui vous lécherai le plat !”
Le curé de Lebous,
Qui toute l’année ne mange que des pommes de terre,
Dit :“Ici, chez Monsieur Galzin
Nous aurons plus que du boudin !”
Le curé de Figeaguet,
Ce blanc-bec,
Je ne sais pas s’ils l’appelaient Jean ou Jeannot,
Qui en mangea, il en souffrira.
Le pauvre petit vieux de Coupiaguet
Lui dit : “Tu t’es bien servi d’un petit sac,
Je ne sais pas si tu me le trouveras bien net.”
Le pauvre petit vieux lui dit :
“Moi qui n’ai pas de dents pour rogner l’os,
Et je me sers du truc.”
Le curé de Saint-Rémy,
Qui jamais ne part sans bien réfléchir,
Dit : “Ici, chez Monsieur Galzin,
Nous n’aurons qu’un petit lapin.”
Les pauvres petits vieux
S’en allaient deux par deux,
En traversant le bois de La Devèze,
Si ce n’est pas une fadaise,
De temps en temps ils s’arrêtaient
Et disaient : “Excusez-moi, il me faut défaire mes boutons...”
En passant au Jouanesq,
Où toute la canaille est,
Les chiens criaient comme des enragés
Et ils disaient : “Ici il y a un renard qui est passé...”
Les deux pauvres petits vieux
S’en allaient deux par deux
En disant : “Qu’elle aille se faire foutre Madame Galzin
Avec tout ce qu’elle a dans ses pots !
Elle nous a fait attraper une colique
Dont nous aurions empesté l’Afrique !”
L’évêque de Rodez, ça ne le regardait pas
Mais il voulut cependant y mettre le nez,
Il demanda à Madame Galzin
De bien vouloir vérifier ses pots.
Amen.

Voilà. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...