J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les parents de Jean tenaient un hôtel à Paris. Pendant la guerre, la jeunesse d'origine rouergate se réunissait pour jouer aux quilles ou pratiquer les danses traditionnelles. Cette nostalgie du pays a certainement aidé à maintenir la langue occitane et quelques traditions ancestrales, par le biais des mouvements folkloristes.

Ce témoignage est accompagné d'un film aimablement prêté par André Valadier de La Terrisse.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Jean BALITRAND

né en 1923 à Alpuech.

Transcription

Occitan
Français
« E ben, a París, les parents avián crompat un otèl. Parce qu'en general, aicí, lo monde de la Montanha fasián carbonièr o bistrò m'enfin n'i aviá qu'èran dins les otèls. Per exemple, les grands-parents d'aicí anavan… A Sent-Cosme, partián pas bien. Mès aicí, a la Montanha, mes grands-parents èran a París coma carbonièrs, mes arrièire-grands-parents èran carbonièrs a París, pendent la Guèrra de 70, tenián un carbon e, abans, encara, èran porteurs d'eau.Aquò fa que i a una vièlha tradicion d'emigracion, mème abans la Revolucion puisque, abans la Revolucion, i aviá un òme d'a-z-Alpuèg que l'apelavan lo Parisien. Donc, aquò data pas d'a-z-uèi, l'emigracion.
Donc, ai passat ma junessa a París e, pendent la guèrra, èrem quauques-uns d'a-z-Alpuèg que nos trobàvem cada setmana, èrem tres o quatre. Pendent la guèrra, partiam en velò, i aviá pas de problèma. Traversàvem tot París en velò e anàvem jo(g)ar a las quilhas, puisque aquò's lo sportnacional d'aicí, de l'Avairon. Anàvem a Levallois.Èrem tres o quatre copains,aquí, que les parents tenián de carbons e nos trobàvem amont. Fasiam a las quilhas e èrem contents. Voilà.
E atanben, coma podiam pas dançar, pendent la guèrra puisqu'aquò èra interdit, èrem dintrats, amb un altrecopaind'a-z-Alpuèg, Laurenç Sirven, dins un grope folclorique que s'apelava Le Folklore du Massif central.E aquò's aquí que, una partida de la guèrra, aprenguèrem las danças del país. E pièi, i aviái lo gost, coma totes les Parisiens. E o ai totjorn aimat e o aime totjorn, parce que quand entende una borrèia, encara aquò me demanja. Ai les pès que se bolègan solets ! Ieu, o ai totjorn dich : aquò's les Parisiens que an remetut, un bocin… Parce que les Parisiens an aimat… Aiman e an aimat lo país. Aquò's elses qu'an relançat un bocin lo folclòre, tot aquò. E pas que dins les vilatges. Cal agachar lo vilatge d'a-z-Alpuèg, les ostals que les Parisiens… Enfin, aiman pas qu'òm les apèla les Parisiens. Dison : “Sèm d'a-z-Alpuèg !” Mès cal dire que an despensat de centenas de milions anciens per arrenjar aquelses ostals. Alara, per venir a-z-Alpuèg, quand mème, aquò's un vilatge qu'es a onze cents mèstres, les ivèrns èran pas totjorn faciles, dins lo temps… Cal aimar lo país !
L'occitan, se volètz, ieu ai totjorn aimat lo país parce que, abans la guèrra, veniam en vacanças aicí, chas la grand-mèra. Ai totjorn aimat lo país e aquò's aquò, se(g)urament, que m'a fach tornar al país. Mès lo parlave pas. Lo compreniái parce que les parents, entre elses, lo parlavan, a París. Ça,per pas se far comprene dels clients. Pièi avián l'abituda de lo parlar. E alara, quand tornère prendre la bòria… Mès a París, aviái crompat de libres occitans de l'abbé Bessouparce que, bon, aimave aquò. Alara m'ère amusat a o legir, quand mème. E, quand tornère, en 47, aquí, que prenguèrem la bòria en 50, cossí vòls parlar als buòus o a las vacas en francés ? Aurián pas comprés ! E alara, ai avut la chança de prendre ma femna, donc qu'es sortida de la bòria de La Cròsa a Lacalm, aquí, e que ela, pardí, es nascut aquí dedins e lo parla… L'a tetat ambe lo lach de sa maire. Aquò fa que ai avut un professur de premièira ! Et puis voilà.Pièi o aime e, entre naltres, parlèm totjorn la lenga nòstra. Perlèm pas jamai francés. Parce que, per ieu, aquò's un plaser. E mème quand anèm aicí, al cafè, les tres-quarts, aicí, dels abitents lo parlan e nos carram de parlar. »
Monter à Paris
« Eh bien, à Paris, mes parents avaient acheté un hôtel. Parce qu’en général, ici, les gens de la Montagne faisaient charbonnier ou bistrot mais enfin il y en avait qui étaient dans les hôtels. Par exemple, mes grands-parents d’ici allaient... À Saint- Côme, ils ne partaient pas tellement. Mais ici, à la Montagne, mes grands-parents étaient charbonniers à Paris, mes arrière-grands-parents étaient charbonniers à Paris, pendant la Guerre de 70, ils vendaient du charbon et, avant, encore, ils étaient porteurs d’eau. Ça fait qu’il y a une vieille tradition d’émigration, même avant la Révolution puisque, avant la Révolution, il y avait un homme d’Alpuech qu’on appelait le Parisien. Donc, ça ne date pas d’aujourd’hui, l’émigration.
Donc, j’ai passé ma jeunesse à Paris et, pendant la guerre, nous étions quelques-uns d’Alpuech à nous retrouver toutes les semaines, nous étions trois ou quatre. Pendant la guerre, nous partions à vélo, il n’y avait pas de problème. Nous traversions tout Paris à vélo et nous allions jouer aux quilles, puisque c’est le sport national d’ici, de l’Aveyron. Nous allions à Levallois. Nous étions trois ou quatre copains, là, dont les parents vendaient du charbon et nous nous retrouvions là-haut. Nous jouions aux quilles et nous étions contents. Voilà.
Et aussi, comme nous ne pouvions pas danser pendant la guerre puisque c’était interdit, nous étions entrés, avec un autre copain d’Alpuech, Laurent Sirven, dans un groupe folklorique qui s’appelait Le Folklore du Massif central. Et c’est là que, une partie de la guerre, nous avons appris les danses du pays. Et puis, j’aimais ça, comme tous les Parisiens. Et j’ai toujours aimé ça et j’aime toujours ça, parce que, quand j’entends une bourrée, ça me démange encore. J’ai les pieds qui bougent tout seuls ! Moi, je l’ai toujours dit : ce sont les Parisiens qui ont remis, un peu... Parce que les Parisiens ont aimé... Ils aiment et ils ont aimé le pays. Ce sont eux qui ont un peu relancé le folklore, tout ça. Et rien que dans les villages. Il faut regarder le village d’Alpuech, les maisons des Parisiens... Enfin, ils n’aiment pas qu’on les appelle les Parisiens. Ils disent : “Nous sommes d’Alpuech !” Mais il faut dire qu’ils ont dépensé des centaines de millions d’anciens francs pour arranger ces maisons. Alors, pour venir à Alpuech, quand même, c’est un village qui est à onze cents mètres, les hivers n’étaient pas toujours faciles, dans le temps... Il faut aimer le pays !
L’occitan, si vous voulez, moi j’ai toujours aimé le pays parce que, avant la guerre, nous venions en vacances ici, chez ma grand-mère. J’ai toujours aimé le pays et c’est sûrement ça qui m’a fait revenir au pays. Mais je ne le parlais pas. Je le comprenais parce que mes parents, entre eux, le parlaient, à Paris. Pour ne pas se faire comprendre des clients. Puis, ils avaient l’habitude de le parler. Et alors, quand j’ai repris la ferme... Mais à Paris, j’avais acheté des livres occitans de l’abbé Bessou parce que, bon, j’aimais ça. Alors, je m’étais amusé à les lire, quand même. Et, quand je suis revenu, en 47, là, quand nous avons repris la ferme en 50, comment veux-tu parler aux bœufs ou aux vaches en français ? Ils n’auraient pas compris ! Et alors, j’ai eu la chance d’épouser ma femme, qui est originaire de la ferme de La Crose à Lacalm, là, et qui elle, bien sûr, est née dedans et le parle... Elle l’a tété avec le lait de sa mère. Ça fait que j’ai eu un professeur de première ! Et puis voilà. Puis, j’aime ça et, entre nous, nous parlons toujours la lenga nòstra.Nous ne parlons jamais français. Parce que, pour moi, c’est un plaisir. Et même quand nous allons ici, au café, les trois-quarts, ici, des habitants le parlent et nous nous régalons de le parler. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...