Lo volur d'a-z-Alpuèg

Collecté en 2000 Sur les Communes de Alpuech, La Terrisse Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'histoire du voleur d'Alpuech, Jean-Pierre Bouyssou (1763-1806), est restée dans la mémoire des habitants de La Terrisse et d'Alpuech.

Il était un grand bandit pour les uns, une sorte de Robin des Bois pour les autres.

Notre informateur connaît bien cette histoire, tant par la tradition orale familiale que par la consultation de documents d'archives.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Jean BALITRAND

né en 1923 à Alpuech.

Transcription

Occitan
Français
« E ben, lo volur d'a-z-Alpuèg, se volètz, n'ai ausit parlar per un ancien que s'apelava Etienne Dages. Aquò èra un cosin. Èra nascut en 1867, donc d'aquel temps i aviá pas de television naturalament e se parlava bèlcòp de la vilhada. E alara aviá entendut parlar del volur per son paire e son grand-paire puisque aquel volur èra nascut en 1863 [1763] s'ai bona memòria e es estat tuat a La Tarrissa en 1805 o 6 apr'aquí. Donc, son grand-paire l'aviá conegut. E alara no'n parlava de còps, disiá :
“A… aquò èra un òme, auriá pas jamai tuat degús, aviá fach pas que de ben. Panava les riches per donar als paures.”
E nos contava que, al debut, aviá començat… Aviá panat un parelh de calças que secavan sus una paret apr'aquí. Enfin, n'aviá panada pas qu'una e, quand l'anèt portar a la maire, la maire li di(gu)èt :
“Mès, tant que li ères, las auriás de(g)ut panar totas doas !”
E aquò's aquí que comencèt un bocin de… Parce que i aviá de misèra dins las campanhas…
Ieu, ai trobat al granièr… Parce qu'ai un ancètre qu'èra mèra d'a-z-Alpuèg a la Revolucion. E ai trobat de modòus de vièlhs papièrs e òm se rend còmpte que, quand òm agacha tot aquò, que i aviá bèlcòp de monde paures. E alara… E per còntra, n'i aviá qu'avián d'argent. Alara la misèra fasiá tant far… E aquel volur, aquò's aquò que atacava les sers de fièira aquelses que venián de la fièira e lor panava l'argent. O alara fasiá un bocin coma lo… I aviá una paura vièlha que aviá vendut una vaca pièi lo merchand l'aviá un bocin escrocada alara lo volur Boisson l'anèt trobar e li di(gu)èt :
“Di(g)a, as fach perir aquela femna, te cal i tornar mai d'argent.”
E, en efèt, coma n'aviá por, i tornèt un bocin mai d'argent.
Et puis bon,i a un tropèl d'istoèras que van aquí dessús. M'enfin ieu, lo Dages m'a totjorn dich qu'aviá pas jamai fach rajar lo sang. Lo monde n'avián por alara donavan.
Et puisalara, cal dire atanben que, a la Revolucion, i aviá avut… Les curats èran estats oblijats de prestar serment a la Constitucion o alara de se rescondre. E lo curat d'a-z-Alpuèg, d'aquel temps, en 1789, s'apelava Carrièr e aviá refusat de prestar serment a la Constitucion. E se rescondiá. E aquò's lo volur que lo protejava. C'est-à-dire,quand lo curat voliá dire una messa, batejar, o quicòm, o fasiá dire al volur e lo volur arribava. Parce qu'èra totjorn armat. Aviá un fusilh e quauques pistolets. Alara totjorn l'anava… Lo seguiá per lo protejar, quoi.Donc èra bien vist d'un costat parce que, coma i aviá bèlcòp de misèra, les paures, pardí, lo vantavan. Les altres, pardí, aquò èra pas d'a fèt lo mème afaire !
Tot aquò, aquel afaire del volur, se passava a la fin de la Revolucion et avec l'empereur Napoléon Ier.E alara, al debut, les concrits, tot aquò, i anavan volontièrs a la guèrra parce que bon, aquò èra per defendre la patria, tot aquò mès, a la fin, se lassèron. E alara se rescondián per pas partir a l'armada.
A La Tarrissa, i aviá un bistrò, per dire en francés, d'ont lo filh deviá partir. Èra requisicionat per partir a l'armada. Mès lo prefet de l'Avairon, d'aquel temps,Sainthorent,aviá prometut qu'aquel que fariá atapar lo volur nepartiriá pas a l'armada. E alara, un ser que lo volur èra anat a La Tarrissa, se caufava aquí al canton, buviá un còp, fa(gu)èt prevenir les gindarmas de Laguiòla e, quand les gindarmas arribèron, lo volur o entendèt. E alara volguèt se levar mès la serventa atapèt un caminau e l'estendèt règde aquí. Aquò fa que, pendent un briu, les abitents d'a-z-Alpuèg e aquelses de La Tarrissa s'aimavan pas tròp.
Mès, per acabar l'istoèra, un còp lo volur tuat, sia(gu)èt entarrat a La Tarrissa, pardí. Mès, per dire se lo monde d'a-z-Alpuèg l'aimavan, ce que quauques jorns après l'anèron desatarrar e lo menèron a-z-Alpuèg. Donc, aquò èra ben quauqu'un quand mème qu'èra estimat per la populacion. »
Le voleur d'Alpuech
« Eh bien, le voleur d’Alpuech, si vous voulez, j’en ai entendu parler par un ancien qui s’appelait Étienne Dages. C’était un cousin. Il était né en 1867, donc en ce temps-là il n’y avait pas de télévision naturellement et on parlait beaucoup en veillée. Et alors il avait entendu parler du voleur par son père et son grand-père puisque ce voleur était né en 1863 [1763] si j’ai bonne mémoire et il a été tué à La Terrisse en 1805 ou 6 par là. Donc, son grand-père l’avait connu. Et alors il nous en parlait parfois, il disait :
“Ah... c’était un homme, il n’aurait jamais tué personne, il n’avait fait que du bien. Il volait les riches pour donner aux pauvres.”
Et il nous racontait que, au début, il avait commencé... Il avait volé une paire de chausses qui séchaient sur un mur, par là. Enfin, il n’en avait volé qu’une et, quand il est allé la porter à sa mère, sa mère lui a dit :
“Mais, tant que tu y étais, tu aurais dû les voler toutes les deux !”
Et c’est ainsi qu’il a commencé un peu de... Parce qu’il y avait de la misère dans les campagnes...
Moi, j’ai trouvé au grenier... Parce que j’ai un ancêtre qui était maire d’Alpuech pendant la Révolution. Et j’ai trouvé des tas de vieux papiers et on se rend compte que, quand on regarde tout ça, qu’il y avait beaucoup de pauvres. Et alors... Et par contre, il y en avait qui avaient de l’argent. Alors la misère faisait tant faire... Et c'est pour cela que ce voleur attaquait les soirs de foire ceux qui venaient de la foire et il leur volait de l’argent. Ou alors, il faisait un peu comme le... Il y avait une pauvre vieille qui avait vendu une vache puis le marchand l’avait un peu escroquée alors le voleur Bouyssou est allé le trouver et il lui a dit :
“Dis, tu as abusé de cette femme, il te faut lui rendre plus d’argent.”
Et, en effet, comme il avait peur de lui, il lui a rendu un peu plus d’argent.
Et puis bon, il y a un tas d’histoires qui se rapportent à ça. Mais enfin, moi, Dages m’a toujours dit qu’il n’avait jamais fait couler le sang. Les gens avaient peur de lui, alors ils donnaient.
Et puis alors, il faut dire aussi que, pendant la Révolution, il y avait eu... Les curés avaient été obligés de prêter serment à la Constitution ou alors de se cacher. Et le curé d’Alpuech, à cette époque, en 1789, s’appelait Carrier et avait refusé de prêter serment à la Constitution. Et il se cachait. Et c’est le voleur qui le protégeait. C’est-à-dire, quand le curé voulait dire une messe, baptiser, ou quelque chose, il le faisait dire au voleur et le voleur arrivait. Parce qu’il était toujours armé. Il avait un fusil et quelques pistolets. Alors il allait toujours le... Il le suivait pour le protéger, quoi. Donc il était bien vu d’un côté parce que, comme il y avait beaucoup de misère, les pauvres, bien sûr, le vantaient. Les autres, bien sûr, ce n’était pas du tout la même histoire !
Tout ça, cette affaire du voleur, se passait à la fin de la Révolution et avec l’empereur Napoléon Ier. Et alors, au début, les conscrits, tout ça, allaient volontiers à la guerre parce que bon, c’était pour défendre la patrie, tout ça mais, à la fin, ils se sont lassés. Et alors ils se cachaient pour ne pas partir à l’armée.
À La Terrisse, il y avait un bistrot, pour le dire en français, le fils du propriétaire devait partir. Il était réquisitionné pour partir à l’armée. Mais le préfet de l’Aveyron, à cette époque, Sainthorent, avait promis que celui qui ferait attraper le voleur ne partirait pas à l’armée. Et alors, un soir, le voleur était allé à La Terrisse, il se chauffait là au coin du feu, il buvait un coup, il a fait prévenir les gendarmes de Laguiole et, quand les gendarmes sont arrivés, le voleur les a entendus. Et alors il a voulu se lever mais la servante a attrapé un landier et elle l’a étendu raide. Ça fait que, pendant un moment, les habitants d’Alpuech et ceux de La Terrisse ne s’aimaient pas trop.
Mais, pour terminer l’histoire, un fois le voleur tué, il a été enterré à La Terrisse, bien sûr. Mais, pour dire comme les gens d’Alpuech l’aimaient, quelques jours après ils sont allés le déterrer et ils l’ont amené à Alpuech. Donc, c’était bien quelqu’un qui était estimé par la population. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...