Lo volur d'a-z-Alpuèg

Collecté en 2000 Sur les Communes de Alpuech, La Terrisse Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'histoire du voleur d'Alpuech, Jean-Pierre Bouyssou (1763-1806), est restée dans la mémoire des habitants de La Terrisse et d'Alpuech.

Il était un grand bandit pour les uns, une sorte de Robin des Bois pour les autres.

André raconte la mort violente de Bouyssou dans une maison de La Terrisse. On l'enterra immédiatement à La Terrisse mais les habitants d'Alpuech, furieux, vinrent l'exhumer pour lui offrir un service funéraire et l'ensevelir dans le cimetière de leur village.

La tradition familiale de notre informateur a gardé le souvenir d'un homme à la condition physique exceptionnelle.

On notera que, dans cette partie du département, le nom des habitants des communes ne comporte pas de suffixe mais juste la marque du pluriel : los Tarrissas, los Alpuèges…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

André VALADIER

né en 1933 à La Terrisse.

Transcription

Occitan
Français
« Aquel òme aviá un amic a La Tarrissa que, d'après çò que dison, lo traï(gu)èt e sia(gu)èt tuat aicí per la serventa d'un ostau. Lo patron que l'aviá traït se trobava en missanta posicion parce que Boisson, lo volur d'a-z-Alpuèg, l'anava tuar. Li disiá :
“M'as traït, Polart, vas morir !”
E, a-n-aquel moment, la serventa de l'ostau que, pareis, èra fòrta coma un òme, prenguèt un caminau a la chiminèia e lo li tombèt sul cap. Lo volur sia(gu)èt aquí mòrt sul còp.
E çò que cau sabere, aquò's que los Tarissas, a-n-aquel moment, que lo prenián per un grand bandit, lo prenguèron tot cald e l'entarrèron al cementèri, de tira. Lo lendeman, los Alpuèges lo venguèron desostarrar e li fa(gu)èron las messas solemnèlas, coma disián, e un entarrament de premièira classa.
Los Tarrissas…
“Los Alpuèges lo veneravan,
Coma un òme envoiat del Cèl,
Los Tarrissas que non l'aimavan,
Un ser li barrèron los uèlhs.”
A… de tot temps, mos parents e mos grands-parents me'n parlavan. Me'n parlavan e disián qu'aquò èra un òme talament lèste, talament fòrt. Un còp, al tribunal d'a Rodés, escapèt a tot lo monde en fa(gu)ent la ròda. E aquò d'aquí o ai pas vist sus cap de libre. Sus las mans, suls pès, sus las mans, lo po(gu)èron pas empachar de passar. I aviá de gindarmas, de policièrs, que dirián atau uèi, lor passèt en travèrs puèi se sauvèt en corrent. Pareis qu'aviá un auen tarrible. Podiá montar las còstas al tròt coma las davaladas. »
Le voleur d'Alpuech
« Cet homme avait un ami à La Terrisse qui, d’après ce qu’on dit, l’a trahi et il a été tué ici par la servante d’une maison. Le patron qui l’avait trahi se trouvait en mauvaise position parce que Bouyssou, le voleur d’Alpuech, allait le tuer. Il lui disait :
“Tu m’a trahi, Poulart, tu vas mourir !”
Et, à ce moment-là, la servante de la maison qui, paraît-il, était forte comme un homme, a pris un landier dans la cheminée et le lui a fait tomber sur la tête. Le voleur a été tué sur le coup.
Et ce qu’il faut savoir, c’est que les habitants de La Terrisse, à cette époque, qui le prenaient pour un grand bandit, l’ont pris tout chaud et l’ont enterré au cimetière, de suite. Le lendemain, les habitants d’Alpuech sont venus le déterrer et lui ont fait les messes solennelles, comme on disait, et un enterrement de première classe.
Les habitants de La Terrisse...
“Les habitants d’Alpuech le vénéraient,
Comme un homme envoyé du Ciel,
Les habitants de La Terrisse qui ne l’aimaient pas
Un soir lui fermèrent les yeux.”
Ah... de tout temps, mes parents et mes grands-parents m’en parlaient. Ils m’en parlaient et ils disaient que c’était un homme tellement agile, tellement fort. Une fois, au tribunal de Rodez, il a échappé à tout le monde en faisant la roue. Et ça je ne l’ai vu sur aucun livre. Sur les mains, sur les pieds, sur les mains, ils n’ont pas pu l’empêcher de passer. Il y avait des gendarmes, des policiers, comme ils diraient aujourd’hui, il leur est passé au travers puis il s’est sauvé en courant. Il paraît qu’il avait un souffle terrible. Il pouvait monter les côtes au trot comme les descentes. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...