Lo moet de Las Ròdas

Collecté en 2000 Sur la Commune de Alpuech Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

À Alpuech, pour désigner un moulin en occitan, on ne dit pas molin mais moet.

François est né dans ce moulin. Il y avait en fait deux moulins successifs (deux couples de meules) desservis par la même eau.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FRANÇOIS BLANCHER

né en 1925 à Alpuech, décédé en 2013.

Transcription

Occitan
Français
« E lo moet, aquò marchava ambe de mòuas. E alara, naltres, de còps que i a, i anàvem per agachar que la farina toquèssa pas. Alara, tombàvem la farina o alara… O ensacàvem, quand n'i aviá. Parce que i èrem pas totjorn, naltres, a l'ostau. Èrem sovent chas de patrons. Èrem totjorn lo(g)ats. Mès, de còps que i a, aviam quauques jorns e demoràvem a l'ostau. Mès i demoràvem pas un briu… Qu'avián totjorn besonh… Sabètz ben, las familhas nombrosas, per las far manjar, caliá… Èrem un pauc coma les aucèls, tanlèu que sòrtan del niuc, cau anar ganhar la vida. Et oui.
O portavan soit ambe de vacas o de buòus, o d'ègas aquelses qu'avián d'ègas. E o venián portar e o venián quèrre quand aquò èra prèste. Lor disiam : “Bon, aquò serà prèste deman o après deman.” E o venián quèrre.
Venián d'aicí d'a-z-Alpuèg, venián mème de Solatges de Bonaval… pas de Bonaval, de Solatges de Cassuèjols, aquí, Bojas, La Tarrissa, tot aquò. Venián mòldre aquí pels pòrcs o per far de pan, pel monde, oui.Alara aquí lor passavan la farina. Prenián la farina dins de sacs e pièi lo bren dins d'altres, lo son.
N'i aviá que disián : “A mès, je sais pas,sai pas se n'a pas panat un pauc…” E pareis que totes les molinièrs… Ai ausit dire que totes les molinièrs, que passavan per de volurs, un pauc. Et oui.Ara, dise pas que bèl còp se fasiá pas, m'enfin, en general, podiatz pas panar grand causa, quand mèmes, que aquò se seriá vist.
Aquò marchava ambe l'ai(g)a, tornar, aquò d'aquí, amb un rodet.
Tot aquò es tombat, que se'n son pas plus ocupats. Ara i a pas plus cap de rodet, i a pas… Juste lo dedins, pas mai.
E i aviá dos moets un sus l'altre. Parce que lo premièr… De dabans, i aviá dos cobles de mòuas, mès quand lo riu èra pas tròp fòrt per las menar… Alara n'i aviá un que moliá e l'aiga d'aquel anava dins l'altre. Èra pus bas. Alara aquò fa que la mèma ai(g)a fasiá marchar dos moets. Quand passava dins un, anava dins l'altre. »
Le moulin de Rhodes
« Et le moulin, ça marchait avec des meules. Et alors, nous, parfois, nous y allions pour nous assurer que la farine ne touche pas. Alors, nous faisions tomber la farine ou alors... Ou nous l’ensachions, quand il y en avait. Parce que nous n’y étions pas toujours à la maison. Nous étions souvent chez des patrons. Nous étions toujours loués. Mais, parfois, nous avions quelques jours et nous restions à la maison. Mais nous n’y restions pas longtemps... Ils avaient toujours besoin... Vous savez bien, les familles nombreuses, pour les faire manger, il fallait... Nous étions un peu comme les oiseaux, dès qu’ils sortent du nid, il faut aller gagner sa vie. Eh oui...
Ils le portaient soit avec des vaches ou des bœufs ou des juments, ceux qui avaient des juments. Ils venaient le porter et ils venaient le chercher quand c’était prêt. Nous leur disions : “Bon, ce sera prêt demain ou après-demain.” Et ils venaient le chercher.
Ils venaient d’Alpuech, ils venaient même de Soulages-Bonneval... pas Bonneval, de Soulages de Cassuéjouls, là, Bouges, La Terrisse, tout ça. Ils venaient moudre pour les porcs ou pour faire du pain, pour les gens, oui. Alors, là, ils leur passaient la farine. Ils prenaient la farine dans des sacs et puis le son dans d’autres.
Certains disaient : “Ah mais, je ne sais pas, je ne sais pas s’il n’en a pas volé un peu...” Et il paraît que tous les meuniers... J’ai entendu dire que tous les meuniers passaient pour des voleurs. Eh oui. Alors, je ne dis pas que ça ne se faisait pas parfois, mais enfin, en général, vous ne pouviez pas voler grand-chose, quand même, ça se serait vu.
Ça marchait avec l’eau, ça, également, avec une turbine.
Tout ça c'est tombé, car ils ne s’en sont plus occupés. Maintenant, il n’y a plus aucune turbine, il n’y a pas... Juste l'intérieur, pas plus.
Il y avait deux moulins l’un sur l’autre. Parce que le premier... Avant, il y avait deux paires de meules, mais quand le ruisseau n’était pas assez puissant pour les actionner... Alors, il y en avait un qui moulait et l’eau de celui-ci allait dans l’autre. Il était plus bas. Alors, ça fait que la même eau faisait fonctionner deux moulins. Quand elle passait dans l’un elle allait dans l’autre. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...