Èran tres fraires

Collecté en 2000 Sur la Commune de Alpuech Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Donnée dans l'Histoire du Languedoc comme datant du VIe siècle ou attribuée par d'autres au temps des comtes de Toulouse, cette chanson serait en fait relativement récente (XVIIIe siècle-XIXe siècle).

Elle a été publiée dans plusieurs recueils rouergats dont le Canta-Païsan.

Jean-Pierre l'a apprise auprès de sa grand-mère d'Alpuech.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JEAN-PIERRE GIRBAL

né en 1941 à Alpuech.

Transcription

Occitan
Français
« Èran tres fraires, (bis)
An una sòrre a maridar,
Èran tres fraires,
An una sòrre a maridar.

L’an maridada, (bis)
Al pus missant del vesinat,
L’an maridada,
Al pus missant del vesinat.

L’a tant batuda, (bis)
Amb una branca de pomièr,
L’a tant batuda,
Amb una branca de pomièr.

Que lo sang raja, (bis)
Dempuèi la tèsta jusc'als pès,
Que lo sang raja,
Dempuèi la tèsta jusc'als pès.

Sa camiseta, (bis)
A l’ai(g)a se'n va la lavar,
Sa camiseta,
A l’ai(g)a se'n va la lavar.

Del temps que lava, (bis)
Tres cavalièrs van a passar,
Del temps que lava,
Tres cavalièrs van a passar.

“A ! la serventa ! (bis)
Ont es la dama del castèl ?
A ! la serventa !
Ont es la dama del castèl ?

– Soi pas serventa, (bis)
Mès soi la dama del castèl,
Soi pas serventa,
Mès soi la dama del castèl.

– Ò… ma sorreta, (bis)
Quau t’a mes dins aquel estat,
Ò… ma sorreta,
Quau t’a mes dins aquel estat ?

– Aquò’s mos fraires, (bis)
Lo mèstre que m’avètz bailat,
Aquò’s mos fraires,
Lo mèstre que m’avètz bailat.”

E lo pus jove, (bis)
De ni galopar val castèl,
E lo pus jove,
De ni galopar val castèl.

De cambra en cambra, (bis)
D’aquí tant que l’agèt trobat,
De cambra en cambra,
D’aquí tant que l’agèt trobat.

Qu’a còps d’espada, (bis)
La tèsta li agèt copat,
Qu’a còps d’espada,
La tèsta li agèt copat. »
Ils étaient trois frères
« Ils étaient trois frères, (bis)
Ils ont une sœur à marier,
Ils étaient trois frères,
Ils ont une sœur à marier.

Ils l’ont mariée, (bis)
Au plus méchant du voisinage,
Ils l’ont mariée,
Au plus méchant du voisinage.

Il l’a tant battue, (bis)
Avec une branche de pommier,
Il l’a tant battue,
Avec une branche de pommier.

Que le sang coule, (bis)
Depuis la tête jusqu’aux pieds,
Que le sang coule,
Depuis la tête jusqu’aux pieds.

Sa chemisette, (bis)
À l’eau, elle s’en va la laver,
Sa chemisette,
À l’eau, elle s’en va la laver.

Pendant qu’elle lave, (bis)
Trois cavaliers viennent à passer,
Pendant qu’elle lave,
Trois cavaliers viennent à passer.

“Ah ! la servante ! (bis)
Où est la dame du château ?
Ah ! la servante !
Où est la dame du château ?

– Je ne suis pas servante, (bis)
Mais je suis la dame du château,
Je ne suis pas servante,
Mais je suis la dame du château.

– Oh... ma sœurette, (bis)
Qui t’a mis dans cet état ?
Oh... ma sœurette,
Qui t’a mis dans cet état ?

– C’est, mes frères, (bis)
Le maître que vous m’avez donné,
C’est, mes frères,
Le maître que vous m’avez donné.”

Et le plus jeune, (bis)
De galoper vers le château,
Et le plus jeune,
De galoper vers le château.

De chambre en chambre, (bis)
Jusqu’à l’avoir trouvé,
De chambre en chambre,
Jusqu’à l’avoir trouvé.

Jusqu’à ce qu’à coups d’épée, (bis)
Il lui ait coupé la tête,
Jusqu’à ce qu’à coups d’épée,
Il lui ait coupé la tête. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...