Lo violonaire e lo lop

Collecté en 1991 par CORDAE Sur les Communes de Almont-les-Junies, Livinhac-le-Haut Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

L'importance des prédations occasionnées par les loups dans la région et la terreur qu'ils suscitaient ont donné naissance à un folklore important que l'on retrouve, à quelques variantes près, dans de nombreux pays européens.

Ces animaux s'attaquaient le plus souvent aux personnes faibles ou solitaires, notamment les bergères.

Ici, il s'agit d'un musicien (violonaire) rentrant d'une noce, tombant dans une fosse à loups où se trouve déjà un loup à Planèse (Almont-Les Junies).

Ce récit se retrouve dans de nombreuses régions.

Les musiciens, gens de passage par nature, qui dépassaient souvent les limites spatiales, temporelles ou morales de leur communauté, qui rentraient des fêtes ou des veillées à toute heure de la nuit, solitaires, étaient bien sûr des proies faciles pour les prédateurs de tout ordre ou les mauvais esprits. Ils ne trouvaient alors leur salut que dans leur instrument de musique.

Dans le Tarn, ce sont des joueurs de graile, de craba ou de violon. Parfois, il peut s'agir d'instruments moins emblématiques, ainsi, dans le nord du Portugal où le musicien parvient à effrayer les loups grâce à un gland tombé sur la peau de sa grosse caisse.

Dans ces récits, on retrouve un cadre identique : la nuit, au milieu d'une forêt, à l'occasion d'un retour de noces le plus souvent, parfois d'une fête ou d'une veillée. Avant de partir, l'homme glisse au fond de sa musette un morceau de gâteau (ici une fouace) ou de pain.

Ici, l'histoire du violonaire d'Almont-Les Junies présente un cadre beaucoup plus complexe : le musicien y apparait doublement pris au piège. Non seulement il se retrouve, en pleine nuit, à la merci du loup, mais en plus il tombe dans un trou creusé par les hommes, c'est-à-dire qu'il se retrouve pris à son propre piège. Dans ce cas, son violon ne suffit plus seul à assurer son salut, il doit utiliser un autre stratagème courant dans des procédures d'exorcisme et que l'on retrouve dans l'histoire du Drac et du chat : en se déguisant en femme, il opère une inversion de sa propre nature et ainsi parvient à tromper le loup sur son apparence réelle. (CORDAE)

Son

MARIA CABRIDENS

née Viargues en 1916 à Almont-les-Junies.

Transcription

Occitan
Français
« A Planesa, en faça lo cementèri de Las Juniás, i aviá un tipe qu’abitava tot sol. Era viuse e viviá coma podiá.
Alèra, quand fasián una nòça endacòm, i anava per adujar tres o quatre jorns a l’avança. E aquò fa que, coma aquò, lor adujava e pièi fasiá la musica per la nòça. Aquò fa que bòn... Davalava pas… Sonca quand aviá finit, après la nòça.
Alèra lo lop èra passat a Planesa, aviá pres una feda e avián fach un trauc per dire de l’atrapar. E solament qu’aquel paure òme i tombèt. Aviá pas sachut l’istoèra.
Alèra tombèt dedins e un tròç d’ora après… Parce que partiguèt lo matin de bon matin parce que i a tantes de jorns que rabalava e aviá son trabalh a far. Alèra tomba dins lo trauc e i demòra. Lo lop arriba. O ! Al debut li donava de la fo(g)assa que li avián donat mas que aquò lo contentèt pas. Aprèssa, agèt paur. Alèra sai pas se ne tombèt, de la fo(g)assa, en l’amassent fa(gu)èt del bruch ambe son violon e aquò fa que finalament lo tipe vegèt que lo lop aviá paur del violon e s’atapèt a jogar.
Lo lendeman matin, a la poncha del jorn, demandessètz pas se les òmes d'a Planesa èran contents d’anar veire se lo lop… Mas que vegèron qu’avián atapat mai que lo lop ! Avián atapat lo lop e lo mossur que veniá de far la nòça !
Mas que, quand lo volguèron sortir d’aquí, anèron quèrre una escala. Mas que lo lop voliá montar per l’escala e, quand el montava per l’escala, lo lop l’atrapava. E alèra quand vegèron aquò, anèron cercar un cotilhon de femna. Alèra lo li te coifan e montèt per l’escala ambe son cotilhon e, quand lo lop lo volguèt atapar, lo cotilhon comprenètz aquò èra pas pareilque las calças. Lo daissèt anar e montèt et voilà.E aprèssa li fotèron un còp de fusilh. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...