Lo tarrabastèri del jòus sant

Collecté en 2003 Sur la Commune de Aguessac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Pendant la semaine sainte, pour annoncer les offices, les enfants palliaient le silence des cloches parties à Rome à grand renfort d'objets métalliques.

Le jeudi saint, pendant l'office des ténèbres, ils déclenchaient un tintamarre dans l'église.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

LOUIS VALÈS

né en 1923 à Montpellier (34), décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Quand èrem joves, per la setmana santa, i aviá le jeudi saint, coma se ditz, lo jòus sant. Alara aquí las campanas èran partidas a Roma, pareis, que nos disiá lo curat… Alara, tota la banda de pilhards, aquí, acampàvem totes los utisses que fasián de bruch, de padenas traucadas, de pissadors, tot aquò que rabalava emp'aquís e tustàvem aquí dessús.
Alara fasiam totas la carrièiras del vilatge :
“Lo premiá ! Lo premiá !”
Pièi se disiá :
“Di(g)a, benlèu caldriá sonar lo segond : Lo segong ! Lo segond !”
Apièi disiam :
“Mès, diu èstre lo trosième…”
Pièi :
“A… sai pas se… benlèu que aquò's tròp tard…”
Nos engulhàvem a la glèisa e tot còp, pardí, farralhejàvem un pauc.
Lo curat fasiá :
“Allez ! Chut ! Chut ! Chut !”
Nos assetàvem e pièi i aviá los tenèbres, que se disiá. Alara aquí caliá esperar. Caliá esperar parce que, quand aquò èra lo moment, lo curat fasiá tombar son banc : brooom ! Alara tot aquò tustava. Las bi(g)òtas, que l'òm sap que las bi(g)òtas son totjorn en trenh de pregar Maria, fasián atanben de bruch, tustavan, tustavan. E nautres, pardí, nos delargàvem. Aquò èra un tarrabastèri infernal.
E pièi lo curat fasiá :
“Chut ! Chut ! Chut ! N'i a pro coma aquò ! N'i a pro coma aquò aquí !”
Aquò finissiá coma aquò. »
Le tintamarre du jeudi saint
« Quand nous étions jeunes, pendant la semaine sainte, il y avait le jeudi saint. Alors là les cloches étaient parties à Rome, parait-il, comme nous le disait le curé… Alors, toute la bande de chenapans, là, nous rassemblions tous les outils qui faisaient du bruit, des poêles trouées, des pots de chambre, tout ce qui traînait par là et nous frappions là dessus.

Alors nous faisions toutes les rues du village :
“Le premier ! Le premier !”
Puis il se disait :
“Dis, il faudrait peut-être sonner le second : Le second ! Le second !”
Après nous disions :
“Mais, ce doit être le troisième…”
Puis :
“Ah… je ne sais pas si… peut-être que c'est trop tard…”
Nous nous enfilions dans l'église et parfois, bien sûr, nous faisions un peu de bruit.
Le curé faisait :
“Allez ! Chut ! Chut ! Chut !”
Nous nous assoyions et puis il y avait les ténèbres, comme on disait. Alors il fallait attendre. Il fallait attendre parce que, quand c'était le moment, le curé faisait tomber son banc : boum ! Alors tout le monde frappait. Les grenouilles de bénitier, l'on sait que les grenouilles de bénitier sont toujours en train de prier Marie, faisaient aussi du bruit, elles frappaient. Et nous, bien sûr, nous nous défoulions. C'était un tintamarre infernal.
Et puis le curé faisait :
“Chut ! Chut ! Chut ! Il y en a assez comme ça ! Il y en a assez comme ça là !”
Ça finissait comme ça. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...