Una pastoreleta…

Collecté en 1997 par IOA Sur la Commune de Agen-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Nous avons recueilli une autre version de cette pastourelle sur le canton de La Salvetat-Peyralès, mais avec une mélodie et des paroles légèrement différentes, auprès de Yves Delmas. (CORDAE)

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Amans DURAND

né en 1929 à Agen d'Aveyron.

Paul BATUT

né en 1934 à Agen d'Aveyron.

Transcription

Occitan
Français
« Una pastoreleta,
Un d'aquestes matins,
Setada sus l'erbeta,
Ambe son bèl amic,
Li'n disiá tot bas :
“Cruèl, tu m'as quitada,
Quora tu tornaràs ?

Seriá ben dejà ora,
Que sesquèssas tornat,
A-z-una autra pastora,
Ton cur auràs donat.
M'as laissada sola ieu,
Coma la tortorèla,
Quand n'a perdut son pariu.

– Jamai la tortorèla,
N'a avut tant d'amistat,
Que ieu per tu, la bèla,
Tant de fidelitat.
Aimem-nos mès tendrament,
Aital saurem qué vòl dire,
De s'aimar fidelament.”

Aquí de bona gràcia,
S'assetan totes dos,
Entrement lo temps passa,
N'an perdut los motons.
Tota la nuèch los an cercats,
Lo matin van al vilatge,
Per veire s'èran tornats.

“La pagaràs tu, drolleta,
Li ditz lo mèstre aital,
Totjorn fas de las tiunas,
Quand siás al pastural,
La pagaràs tu, drolleta,
Amai ton amorós.

– De vos mossur me'n fote pas gaire,
Mai de vòstres motons,
Aime mai mon fringaire,
Mossur que non pas vos.
Aime mai mon pastorèl,
Tot solet dins sa cabana,
Que vos mossur dins vòstre castèl.” »
Une petite bergère...
« Une petite bergère,
Un de ces matins,
Assise sur l’herbette,
Avec son bel ami,
Lui disait tout bas :
“Cruel, tu m’as quittée,
Quand reviendras-tu ?

Il serait bien déjà temps,
Que tu sois revenu,
À une autre bergère,
Tu auras donné ton cœur.
Tu m’as laissée seule moi,
Comme la tourterelle,
Quand elle a perdu son pareil.

– Jamais la tourterelle,
N’a eu tant d’amitié,
Que moi pour toi, la belle,
Tant de fidélité.
Aimons-nous tendrement,
Ainsi, nous saurons ce que cela veut dire,
De s’aimer fidèlement.”

Là, de bonne grâce,
Ils s’asseyent tous deux,
Entre-temps le temps passe,
Ils ont perdu les moutons.
Toute la nuit ils les ont cherchés,
Le matin ils vont au village,
Pour voir s’ils étaient revenus.

“Tu le paieras toi, fillette,
Lui dit le maître ainsi,
Tu fais toujours des tiennes,
Quand tu es au pâturage,
Tu le paieras toi, fillette,
Et ton amoureux aussi.

– De vous monsieur je m’en fous bien,
Et aussi de vos moutons,
Je préfère mon amoureux,
Monsieur que vous.
Je préfère mon berger,
Tout seul dans sa cabane,
Que vous monsieur dans votre château.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...