J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Arthémon Durand dit Lo Picoral (né en 1862 à Artigues de Bonnefon - décédé en 1937) enseigna notamment à Saint-Chèly d'Aubrac, à Castelnau de Mandailles et à Durenque.

En 1953 furent édités ses “Poèmes et Chansons”.

Il publia de nombreuses chansons traditionnelles ou de création : “Lo cosin de París“, "Los gaspejaires d’Aubrac", “Los dalhaires”, “En gardent mos motons”, “Los meissonièrs de Pradas”, “Rossinholet sauvatge”, “La confession”…

Aujourd'hui, l'école de Saint-Chély d'Aubrac porte son nom.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL BONY

né en 1945 à Pruines.

Transcription

Occitan
Français
« Aquela istòria es estada escricha dabans la guèrra, dabans la darrièira guèrra, dins las annadas 20 per Arthémon Durand-Picoral qu'èra natiu de Castelnau de Mandalhas mès qu'èra mèstre d'escòla. Sia(gu)èt mèstre d'escòla entr'autre a Durenca ont a laissat un bon sovenir, a Durenca.
Aquela istoèra òm la tròba en Roergue mès òm la trapa atanben d'un autre biais en Gasconha, un bocin pertot.
Aquò èra l'epòca ont lo monde del país montava a París e, quand tornavan :
“Eh ben dis donc, alors merd' quoi !”
Lor semblavan qu'èran venguts intelligents, dise ben “lor semblava”.
Mès bòn, aquò exista encara duèi. N'i a que parlan englés coma ieu, fòrt mal, mès ne meton un bocin, aquò fa plan. Meton pas d'occitan parce que ça fait un peu péquenot mès un bocin d'englés estropiat aquò…
La caluguièira aquò a pas jamai tuat degús, d'alhurs n'i a un fum que serián mòrts.
Alara, aquela istòria, vos vau contar perque la sopa arriba, calriá pas que s'efregi(gu)èssa.
Aquò se sòna “Lo rastèl”.

Enfants, se quitatz lo país,
Per anar a París, a Roma,
A Pékin, ont que vos avengue,
Onoratz totjorn nòstra vièlha lenga,
Aquel franc patoès que vo’n sovenètz,
L’avèm aprés, pecaire,
Suls ginolhs de nòstra mameta o de nòstra maire.
N’i a, cependent, que lo trapan grossièr,
E parlan francés sans i saupre gaire
En rasclent del gosièr.
Toenon fa(gu)èt aital l’autra annada.
Èra demorat un an a l’armada.
E quand tornèt, per Maia ! èra caporal.
Regde, l’èrt vengut ni mai cap de gal.
Arriba : “Bonzour,ço di(gu)èt a sa maire, ça va-t-y l'courage ?”
L'autra que l'esperava pas, suspresa un moment,
Li te fa dos potons per tot compliment
E, pensent qu’aviá set, s'acorsa a la cava.
Lo paire èra al Prat-Redond que rastelava.
Lo gojat li va, lo vei rastelar.
“Comment nommez-vous cette biqu'-là que vous en biquez ?
De qu'es aquel lengatge,
Toenon ? As donc oblidat ton ancien parlatge ?
– J'crois ben parc' qu'al régiment
Nous ne délations que le francimand.”
Pel prat, un autre rastèl se pausava.
Toenon, que l’orgulh avuglava,
Li monta dessús sans li far atencion.
Esperèt pas un briu per ne trobar lo nom…
L’utís calcigat fa la capleveta,
E vlan ! li te ven pel nas ambe la coeta !
“Diables ton rastèl, qunt pic m’a sacat !
De ma vida soi pas estat jamai tanplan confirmat !”
“Lo provèrbe z'o ditz, ço li respond son paire,
Del Roergue siás, parla roergàs,
O as marcat ara al cap del nas !” »
Le râteau
« Cette histoire a été écrite avant la guerre, avant la dernière guerre, dans les années 20 par Arthémon Durand-Picoral qui était natif de Castelnau-de-Mandailles mais qui était maître d’école. Il fut maître d’école entre autres à Durenque où il a laissé un bon souvenir, à Durenque.
Cette histoire on la trouve en Rouergue mais on la trouve aussi d’une façon différente en Gascogne, un peu partout.
C’était l’époque où les gens du pays montaient à Paris et, quand ils revenaient :
“Eh ben dis donc, alors merd' quoi !”
Il leur semblait qu’ils étaient devenus intelligents, je dis bien “il leur semblait”.
Mais bon, ça existe encore aujourd’hui. Il y en a qui parlent anglais comme moi, très mal, mais ils en mettent un peu, ça fait bien. Ils ne mettent pas de l’occitan parce que ça fait un peu péquenot mais un peu d’anglais estropié ça...
La bêtise ça n’a jamais tué personne, d’ailleurs il y en a beaucoup qui seraient morts.
Alors, cette histoire, je vais vous la raconter parce que la soupe arrive, il ne faudrait pas qu’elle refroidisse.
Ça s’appelle “Le râteau”.

Enfants, si vous quittez le pays,
Pour aller à Paris, à Rome,
À Pékin, où que ce soit,
Honorez toujours notre vieille langue,
Ce franc patois que, vous vous en souvenez,
Nous avons appris, mes pauvres,
Sur les genoux de notre mémé ou de notre mère.
Il y en a, cependant, qui le trouvent grossier,
Et ils parlent français sans s’y connaître beaucoup,
En raclant du gosier.
Touénou fit ainsi l’autre année.
Il était resté un an à l’armée.
Et quand il revint, parbleu ! il était caporal.
Raide, l’air arrogant plus qu’aucun coq.
Il arrive : “Bonzour, dit-il à sa mère, ça va-t-y l’courage ?”
L’autre qui ne l’attendait pas, surprise un moment,
Lui fait deux bisous pour tout compliment
Et, pensant qu’il avait soif, elle file à la cave.
Le père était au Pré-Redond qui râtelait.
Le garçon y va, il le voit râteler.
“Comment nommez-vous cette biqu'-là que vous en biquez ?
– Quel est ce langage,
Touénou ? Tu as donc oublié ton ancienne langue ?
– J'crois ben parc' qu'al régiment
Nous ne délations que le francimand.”
Dans le pré, un autre râteau se reposait.
Touénou, que l’orgueil aveuglait,
Y monte dessus sans y prendre garde.
Il n’attendit pas un moment pour en trouver le nom...
L’outil foulé fait la bascule,
Et vlan ! il lui vient sur le nez avec le manche !
“Diable, ton râteau, quel coup il m’a mis !
De ma vie je n’ai jamais été aussi bien confirmé !”
“Le proverbe le dit, lui répond son père,
Du Rouergue tu es, parle rouergat,
Tu l’as marqué maintenant au bout du nez !” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...