La lenga e la cultura occitanas

Collecté en 2005 Sur les Communes de Agen-d'Aveyron, Pruines Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

A l'école, les enfants étaient punis quand ils parlaient leur langue maternelle, l'occitan. On leur suspendait parfois un sabot autour du cou pour les humilier. L'autre méthode très efficace était celle du sinhal. Quand un enfant parlait occitan, le maître lui donnait un objet en bois appelé sinhal. Celui qui détenait le sinhal en fin de journée était puni. Pour se débarrasser de cet objet, les écoliers devaient dénoncer l'un de leur camarade qui s'était exprimé dans la langue interdite. Progressivement, sur trois ou quatre générations, le territoire perdit la grande majorité de ses locuteurs.

Paul évoque Henri Mouly (1896-1981), écrivain occitan originaire de Compolibat, l'un des fondateurs de Grelh roergàs en 1921, et l'abbé Justin Bessou (1845-1918), de Saint-Salvadou. Majoral du Félibrige, l'abbé Bessou est le plus connu des écrivains rouergats de langue d'oc de la fin du XIXe siècle et du début du XXe.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PAUL BONY

né en 1945 à Pruines.

Transcription

Occitan
Français
« Curiosament, ieu, quand arribèri a l'escòla mairala de mon vilatge, parlavi francés, parlavi correntament lo francés perque mos parents m'avián aprés lo francés. Elses avián tròp patit de se far tustar suls dets a l'escòla de la Republica per çò que justament parlavan pas que patoès quand èran arribats a l'escòla e donc m'avián aprés lo francés.
Ieu, dinca l'atge de vint ans, pensavi atanben que, se(g)urament, confortat per çò que m'avián aprés a l'escòla, qu'èra una bestiolièira de parlar patoès, que se tot lo monde parlava francés, seriá plan melhor.
Ma descobèrta de la lenga d'òc e de l'occitan venguèt d'un rencontre, per azard d'alhurs, ambe Albèrt Bibal que èra professor d'occitan al Sacre-Cur e Enric Molin. Aquò's a-n-aquelas doas personas… Pensi d'abòrd a Bibal qu'es el que comencèt de me donar los libres de Molin.
Aviái legit quauque pauc Besson, Besson en grafia fonetica, perque a l'ostal i aviá un libre de Besson, coma dins totes los ostals del Roergue, mès bòn, aquò èra plan agradiu…
La lenga, la parlavi perque, la parlavi perque per la carrièira parlavan pas qu'occitan mès, tanlèu que sia(gu)èri al collègi o al licèu los anciens assajavan, mème en l'escarronhent, de me parlar francés per çò que lor èra avís qu'èra un desonor de me parlar occitan. Ieu trobavi aquò amusent mès aquò s'èra arrestat aquí.
Es dins las annadas 70 empr'aquí que fa(gu)èri la coneissença de Molin, donc, e de Bibal. Es quand agèri legit l'òbra de Molin… E subretot la presa de conciéncia venguèt de la lectura d'un Almanac roergàs, editat donc pel Grelh roergàs, de 70 ont i aviá en prumièira paja un article titolat, de Molin qu'èra majoral encara del Grelh roergàs, titolat “Al pòble del Roergue”. Aquel article lo coneissi per cur. Quand l'agèri legit, en maganhent d'aillurs per çò que cal ben dire que sabiái pas legir. Sabiái pas legir, jamai aviái pas aprés la grafia normalizada, la fonetica aquò anava, de Besson, mès la grafia normalizada de Molin coneissiái pas ieu çò qu'èra. Aviái de mal a legir m'enfin i arribèri.
Es vertat que quand agèri legit aquel article, aquò me donèt a soscar. Me di(gu)èri :
“Aquí i a quicòm que va pas… Entre çò qu'as aprés a l'escòla, las idòlas de l'escòla, Napoleon tot aquò, la França una e universala…”
Me di(gu)èri :
“Aquí, aquel òme ditz de causas que son pas tot a fèt aquò.”
Es aquí que prenguèri consciéncia benlèu pel prumièr còp que, dins l'ensenhament oficial en França e ben i aviá negacion de tot çò que èra diferéncia e sustot de tot çò qu'èra diferéncia culturala e que, fin finala, aquí tanben benlèu prenguèri consciéncia que aquò's la diversitat que fa la riquessa del monde, aquò's lo fèt d'èstre diferents que fa nòstra riquessa, mème s'es pas totjorn de biais d'adobar de monde diferents coma de causas diferentas. Mès aquò aquí atanben que prenguèri consciéncia que l'Istòria, l'Istòria oficiala francesa, de nòstre país, es una Istòria falsifiada. C'est-à-dire, es una Istòria vista de París ont son reportats los faches que van dins lo sens de l'unitat mès de l'unitat-uniformitat, çò qu'es una colhonada. Pensi que l'òm pòt èstre units tot en sia(gu)ent diferents. Es pas normal que quand òm a, coma es lo cas aicí, en Occitània… Que sèm los eritièrs d'una cultura qu'es estada al siècle XII, al siècle XIII, la basa de totas las culturas europencas, es pas normal que l'Istòria de nòstre país ne'n parle pas ! Ieu me rapèli avure legit e aprés sus mos libres d'Istòria en di(gu)ent que li aviá dins l'Albigés quauques eretiques que volián far de mal al Papa e al brave rei de França, que lor avián mandat aquí aquel Simon de Montfòrt lor fotre una crana tanada per que se tenguèsson tranquilles. Aquò d'aquí es anormal. Aquò d'aquí, ieu disi es escandalós, a la limita, de tractar tot aquel monde, tota aquela cultura d'aquel biais. Pensi qu'es pas normal. Lo president de la Republica passat, aquí, Francés Mitterrand aviá parladas de reparacions istoricas a-n-aquel nivèl, çò qu'èra una bona causa. Çò qu'es regretable es qu'a pas fach res, el tanpauc. Aquò's demorat al nivèl de las bonas intencions. Pareis que l'Infèrn n'es pavat atanben, de bonas intencions, mès cal ben dire que lo rei republican Francés III a contunhada la politica centralizatriça qu'aviá començada lo rei de França Francés Ièr ambe l'édit de Villers-Cotterêts. »
La langue et la culture occitanes
« Curieusement, moi, quand j’arrivai à l’école maternelle de mon village, je parlais français, je parlais couramment le français parce que mes parents m’avaient appris le français. Eux ils avaient trop souffert de se faire taper sur les doigts à l’école de la République parce que justement ils ne parlaient que patois quand ils étaient arrivés à l’école et donc ils m’avaient appris le français.
Moi, jusqu’à l’âge de vingt ans, je pensais aussi que, sûrement, conforté par ce qu’ils m’avaient appris à l’école, que c’était une bêtise de parler patois, que si tout le monde parlait français, ce serait bien mieux. Ma découverte de la langue d’oc et de l’occitan vint d’une rencontre, par hasard d’ailleurs, avec Albert Bibal qui était professeur d’occitan au Sacré-Cœur et Henri Mouly. C’est à ces deux personnes... Je pense d’abord Bibal qui commença à me donner les livres de Mouly.
J’avais lu quelque peu Bessou, Bessou en graphie phonétique, parce qu’à la maison il y avait un livre de Bessou, comme dans toutes les maisons du Rouergue, mais bon, c’était très agréable...
La langue, je la parlais parce que, je la parlais parce que dans la rue ils ne parlaient qu’occitan mais, aussitôt que je fus au collège ou au lycée les parents essayaient, même en l’écorchant, de me parler français parce qu’ils pensaient que c’était un déshonneur de me parler occitan. Moi je trouvais ça amusant mais ça s’était arrêté là.
C’est dans les années 70 par là que je fis la connaissance de Mouly, donc, et de Bibal. C’est quand j’eus lu l’œuvre de Mouly.... Et surtout la prise de conscience vint de la lecture d’un Almanac roergàs, édité donc par le Grelh roergàs, de 70 où il y avait en première page un article intitulé, de Mouly qui était président encore du Grelh roergàs, intitulé “Au peuple du Rouergue”. Cet article je le connais par cœur. Quand je l’eus lu, en ayant de la peine d’ailleurs parce qu’il faut bien dire que je ne savais pas lire. Je ne savais pas lire, je n’avais jamais appris la graphie normalisée, la phonétique ça allait, de Bessou, mais la graphie normalisée de Mouly je ne connaissais pas moi ce que c’était. J’avais du mal à lire mais enfin j’y arrivai.
C’est vrai que quand j’eus lu cet article, cela me donna à penser. Je me dis :
“Là il y a quelque chose qui ne va pas... Entre ce que tu as appris à l’école, les idoles de l’école, Napoléon tout ça, la France une et universelle...”
Je me dis :
“Là, cet homme dit des choses qui ne sont pas tout à fait ça.”
C’est là que je pris conscience peut-être pour la première fois que, dans l’enseignement officiel en France eh bien il y avait négation de tout ce qui était différence et surtout de tout ce qui était différence culturelle et que, finalement, là aussi peut-être je pris conscience que c’est la diversité qui fait la richesse du monde, c’est le fait d’être différent qui fait notre richesse, même s’il n’est pas toujours facile d’accorder des gens différents comme des choses différentes. Mais c’est là aussi que je pris conscience que l’Histoire, l’Histoire officielle française, de notre pays, est une Histoire falsifiée. C’est-à-dire, c’est une Histoire vue de Paris où sont rapportés les faits qui vont dans le sens de l’unité mais de l’unité-uniformité, ce qui est une bêtise. Je pense que l’on peut être unis tout en étant différents. Il n’est pas normal que quand on a, comme c’est le cas ici, en Occitanie... Nous sommes les héritiers d’une culture qui a été au XIIesiècle, au XIIIesiècle, la base de toutes les cultures européennes, il n’est pas normal que l’Histoire de notre pays n’en parle pas ! Je me souviens avoir lu et appris sur mes livres d’Histoire qu’il y avait dans l’Albigeois quelques hérétiques qui voulaient faire du mal au Pape et au brave roi de France, qui leur avait envoyé là ce Simon de Montfort leur foutre une grosse tannée pour qu’ils se tiennent tranquilles. Cela n’est pas normal. Cela, moi je dis que c’est scandaleux, à la limite, de traiter tous ces gens, toute cette culture de cette façon. Je pense que ce n’est pas normal. Le dernier président de la République, là, François Mitterrand avait parlé de réparations historiques à ce niveau, ce qui était une bonne chose. Ce qui est regrettable c’est qu’il n’a rien fait, lui non plus. C’est resté au niveau des bonnes intentions. Il paraît que l’Enfer en est pavé aussi, de bonnes intentions, mais il faut bien dire que le roi républicain François III a continué la politique centralisatrice qu’avait commencée le roi de France François Ieravec l’édit de Villers-Cotterêts. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...