Cabra, siás-tu cabra ?

Collecté en 2005 Sur la Commune de Villefranche-de-Panat Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Arlette récite cette formule en pointant le tisonnier dans les cendres de la cheminée.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ARLETTE GRIMAL

née Vigroux en 1935 à Villefranche de Panat.

Transcription

Occitan
Français
« Lo papà alisava las cendres ambe la pala… Voilà.
E pièi fasiá sa pichòta istoèra.
Fasiá :
“Cabra, siás tu cabra ?
– Se soi cabra ? Òc soi cabra !
– As de banas ?
– S'ai de banas ? Òc ai de banas !
– Ont las as ?
– Ont las ai ? Al cap, las ai !
– Quantas n’as ?
– Quantas n’ai ? Còmpta-las que tretze n’ai !
– Un, dos, tres, quatre.
Cinc, sièis, sèt, uèch.
Nòu, dètz, onze, dotze.
E tretze.”
Aviái tres ans, cresi, sabiái comptar entrò a tretze amb aquel jòc. »
Chèvre, es-tu chèvre ?
« Mon papa aplanissait les cendres avec la pelle... Voilà.
Et ensuite il faisait sa petite histoire. Il disait :

“Chèvre, es-tu chèvre ?
– Si je suis chèvre ? Oui, je suis chèvre !
– As-tu des cornes ?
– Si j’ai des cornes ? Oui, j’ai des cornes !
– Où sont-elles ?
– Où sont-elles ? Sur ma tête !
– Combien en as-tu ?
– Combien en ai-je ? Compte-les, j’en ai treize !
– Un, deux, trois, quatre.
Cinq, six, sept, huit.
Neuf, dix, onze, douze.
Et treize.”
J’avais trois ans, je crois, je savais compter jusqu’à treize grâce à ce jeu. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...