La cava e la cabanada

Collecté en 1998 par IOA Sur la Commune de St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre. Elles passent la belle saison dans des pâturages d’altitude appelés montanhas.

Dans les burons (masucs), on fabriquait jadis la fourme d'Aubrac.

Sur l'Aubrac l'équipe type des buronniers (montanhièrs) était composée d'un cantalés, d'un pastre, d'un vedelièr et d'un rol.

Une fois pressées, les fourmes étaient mises en cave. Seul le cantalés pouvait pénétrer dans la cave.

Des marchands de fromage passaient dans les masucs pour acheter le contenu de la cave : la cabanada.

Ethnotexte

PIERRE NIEL

né en 1932 à Aulos de Saint-Chély.

Transcription

Occitan
Français
« Desplegavan e pausavan aquò sus de pòsses. Totas las cavas èran pas vòutadas mès cap de cava èra pas cimentada. Caliá l’umiditat de la tèrra. Sabètz que los cantaleses fasián atencion, caliá pas que las cavas caufèsson.
Quand veniá lo soledre, aquò lor arribava que metián lo lenhièr de boès qu’avián apr’aquí sus la tiulada per far d’ombra. E pièi, mème dins de masucs mal plaçats, a condicion que i agèssa d’ai(g)a, arrosavan la tiulada.
Las cavas avián de mal a téner tota la sason, caliá que vendèsson un pauc de la cabanada.
Disián que una forma menava tanta de calor coma un moton. »

Pas de traduction pour le moment.

© Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...