Lo lobatièr, lo conjuraire de lops

Collecté en 1996 par IOA Sur la Commune de Sévérac-le-Château Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans l’est et le sud du département, des marginaux, les lobatièrs, lobatiás, lobtaires ou conjuraires de lops, apprivoisaient des loups et venaient rançonner les éleveurs dans leur ferme. Il est ici question de Saint-Saturnin Tartaronne en Lozère, près de Banassac.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

RAYMOND VIALA

né en 1927 à Bellas de Sévérac le Château, décédé en 2019.

Transcription

Occitan
Français
« Preniá lo mastís, un fotral de canhàs que fasiá benlèu soassanta quilòs. E totas las bòrias n’avián pas. E partissiá aval e, per que lo lop… Per se defendre, li metián un colard coma aquò, ambe de… Fach pel fabre del país pardí, ambe de poentas, enfin coma de ponchas aquí, mès aquò èra tot en fèrre… E, amb aquò los lops, los podián pas estranglar.
Vos vau contar çò que me contava mon papet d’un brave òme que s’èra perdut un còp amont del costat enç'amont de La Tiula, tot aquel país, o Las Parets e tot aquò… Crese que veniá devas Las Parets e voliá davalar a Tartarona. E i aviá una carral pardí per i anar mès s’èra perdut. I aviá una nèbla ! Fotiá… E la nuèch tombava !
Diguèt :
“Sai que soi perdut ! Cossí vau far ieu ?”
Pardí, al cap d’un moment, i aviá de pins e tot aquò, te vesiá pas res, montèt sus un pin per veire se vesiá quicòm. E finiguèt per veire de lum açai, coma una liuçada, coma quicòm atal. Un fuòc aquò z’èra.
Se sarrèt coma poguèt e, quand arribèt aval, te vegèt un òme aquí, aviá fach un fuòc e fasiá rostir de bocins d’una cavala qu’èra crebada aquí, sai pas o mòrta, enfin bon,de de qué ? E fasiá rostir de pèças de vianda e fasiá manjar los lops.
“Fotre !”, diguèt. Se signèt, aquò èra ben un crestien quand mème ! E se sarrèt.
“Et bonjour !
– E ben bonjour vous,çò diguèt. End anatz coma aquò ?
– Voliái davalar a Tartarona mès sai que me soi perdut… Aquò’s pas vas amont ? Sai pas bien. – A ! mès sètz a Pertusada, paure òme, d’aquel costat… Vos cal pas virar d’aquel caire… Esperatz un pauc !”
Tot en un còp, se levèt e sonèt un lop :
“Bartassièr, vèni aicís !”
Bartassièr se sarrèt : fotral de lop tot gris, fotral de lop ! Mès n’aviá pas un pauc paur pardí !
“N’agètz pas paur, vos dirà pas res ! Bartassièr, vai lo menar a Tartarona, çò li diguèt. Avètz pas qu’a lo sègre, vos dirà pas res !”
E pardí l’altre se metèt als pas d’aquel lop. E se seguián un pauc de… Pièi, a mesura, se sarrava, se sarrava, lo lop totjorn lo menava… Al cap d’un moment, t’arribèt a una espeça de torral que i aviá, lo lop montèt sul torral, e te vegèt açai de lums aval.
“Benlèu aquò's… Aquò’s Tartarona !”
Vegèt lo castèl pardí !
“Aquò’s Tartarona !”
Lo lop se sarrèt, li fotèt un còp de coeta per las cambas e se'n tornèt. El davalèt a Tartarona coma aquò. »
L'éleveur de loups, le conjurateur de loups
« Il prenait un mâtin, un gros chien qui faisait peut-être soixante kilos. Et toutes les fermes n’en avaient pas. Et il partait là-bas et pour que le loup… Pour se défendre, ils lui mettaient un collier comme ça, avec des... Fait par le forgeron du pays, avec des pointes, enfin des sortes de pointes là, mais c’était tout en fer... Et, avec ça, les loups ne pouvaient pas les étrangler.
Je vais vous raconter ce que me racontait mon pépé à propos d’un brave homme qui s’était perdu une fois là-haut, du côté de Latieule, cette région, ou Les Parets et tout ça... Je crois qu’il venait des Parets et qu’il voulait descendre à Tartaronne. Et il y avait un chemin bien sûr pour y aller mais il s’était perdu. Il y avait un brouillard ! Et la nuit tombait !
Il se dit :
“Je suis peut-être perdu ! Comment vais-je faire ?”
Bien sûr, au bout d’un moment, il y avait des pins et tout ça, il n’y voyait rien, il monta sur un pin pour voir s’il voyait quelque chose. Et il finit par voir de la lumière au loin, comme un éclair, quelque chose comme ça. C’était un feu.
Il s’approcha comme il put et, quand il arriva, il vit un homme là, il avait fait un feu et il faisait rôtir des morceaux d’une jument qui était crevée là, je ne sais pas ou morte, enfin bon, de quoi ? Et il faisait rôtir des morceaux de viande et il faisait manger les loups.
“Fichtre !”, dit-il. Il se signa, c’était un chrétien quand même ! Et il s’approcha.
“Et bonjour !
– Eh bien bonjour vous, dit-il. Où allez-vous comme ça ?
– Je voulais descendre à Tartaronne mais je me suis sans doute perdu... Ce n’est pas par là-haut ? Je ne sais pas trop.
– Oh ! mais vous êtes à Pertusade, pauvre homme, de ce côté-ci... Il ne vous faut pas tourner de ce côté... Attendez un peu !”
Tout à coup, il se leva et appela un loup :
“Bartassier, viens ici !”
Bartassier s’approcha : un énorme loup gris, énorme loup ! Mais il n’avait pas qu'un peu peur bien sûr !
“N’ayez pas peur, il ne vous dira rien ! Bartassier, va le conduire à Tartaronne, lui dit-il. Vous n’avez qu’à le suivre, il ne vous dira rien.”
Et l’autre se mit dans les pas de ce loup. Et ils se suivaient un peu... Puis, à mesure, il s’approchait, s’approchait, le loup le guidait toujours... Au bout d’un moment, il arriva à une espèce de tertre qu’il y avait, le loup monta sur le tertre, et il vit au loin de la lumière, en bas.
“Mais c’est Tartaronne !”
Il vit le château, bien sûr !
“C’est Tartaronne !”
Le loup s’approcha, lui donna un coup de queue sur les jambes et s’en retourna. Lui, il descendit à Tartaronne comme ça. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...