La sorcièira

Collecté en 2000 Sur la Commune de Pradinas Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans tous les pays et à toutes les époques, les jeteurs de sorts et autres emmascaires, empatufaires ou devinhaires ont fait partie de la sociabilité locale. Il existait plusieurs techniques pour se protéger des sorciers : porter un vêtement à l'envers, faire cuire des clous, frapper un mannequin représentant le jeteur de sorts, réciter une formule, porter plusieurs couvre-chefs à la fois…

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Marcelle et Gilbert RIVIÈRE

née Rigal en 1936 à Pradinas ; né en 1932 à Pradinas.

Transcription

Occitan
Français
« Aviái una tatà que èra sur, una sòrre de la miá memè. Èra del convent d’Aix en Provence. Alara tornava per passar las vacanças. E alara una vesina la vegèt e l’anèt embraçar.
Li di(gu)èt :
“Dempièi que t’ai pas vista, paura Lucie, anem…” E tot aquò e i parlèt. Bon. E après se'n anèt al seun ostal.
La siá mamà li di(gu)èt :
“Mès, malurosa, te caliá pas daissar embraçar per aquela femna perque ensorcèla !”
E alara montèron al granièr, cerquèron un vièlh abilhament e li tustèron dessús amb un pal, per far partir lo Demon.
E la vesina dins d’abòrd arribèt e lor di(gu)èt :
“Mès de qué vos ai fach ? Perqué me tustatz coma aquò ? Arrestatz !”
E arrestèron e tot sia(gu)èt acabat.
E quand aquela femna mori(gu)èt, las vesinas i èran e lor di(gu)èt :
“Donatz-me la balaja.”
Li fa(gu)èron passar lo margue de la balaja, la balaja montèt per la chiminièira e aquela femna mori(gu)èt. »
La sorcière
« J’avais une tata qui était sœur, une sœur de ma mémé. Elle était au couvent à Aix en Provence. Alors elle revenait pour passer les vacances. Et alors, une voisine la vit et alla l’embrasser.
Elle dit :
“Depuis que je ne t’ai pas vue, pauvre Lucie, allons...” Et tout ça et elle lui parla. Bon. Et après elle s’en alla à sa maison.
Sa maman lui dit :
“Mais, malheureuse, il ne te fallait pas te laisser embrasser par cette femme car elle ensorcèle !” Et alors elles montèrent au grenier, elles cherchèrent un vieux vêtement et elles y frappèrent dessus avec un bâton, pour faire partir le Démon.
Et la voisine arriva aussitôt et elle leur dit :
“Mais qu’est-ce que je vous ai fait ? Pourquoi me frappez-vous comme ça ? Arrêtez !”
Et elles arrêtèrent et tout fut terminé.
Quand cette femme mourut, les voisines étaient là et elle leur dit :
“Donnez-moi le balai.”
Elles lui firent passer le manche du balai, le balai monta par la cheminée et cette femme mourut. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...