Los meissonièrs de Pradas

Collecté en 1997 Sur les Communes de Prades-d'Aubrac, St-Chély-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce chant, composé au début du XXe siècle sur l'air de la "Cançon de Sent-Joan" (chant de loue) et publiée par Arthémon Durand-Picoral (1862-1937), évoque les còlas (équipes) de moissonneurs de Prades d'Aubrac qui se louaient à Bonnefon.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

SIMONE FERRIÉ

née Girbal en 1926 à Prades d'Aubrac.

Transcription

Occitan
Français
« Los meissonièrs de Pradas,
Parton per Bonafònt,
Se'n van sus doas rengadas,
Guiè, guiè,
Tot'n quilhent lo volam.

I a Baptista de Blase,
Pojolet lo Fabràs,
E Gambilha, viet d'ase,
Guiè, guiè,
Que los sèg per detràs.

I a Mannon de la Bèla,
Amb sos uèlhs cocarèls,
E Finòta la bèla,
Guiè, guiè,
Qu'a los pielses rossèls.

Pierronet del Boriaire,
Es mèstre perfachièr,
E dison d'el, pecaire,
Guiè, guiè,
Qu'es un pauc filhassièr.

E córre la novèla,
Qu'en passent pel Folhós,
A Fineta la bèla,
Guiè, guiè,
A prestat dos potons.

L'annada es aboriva,
Lo blat es bien madur,
Al camp, la còla arriba,
Guiè, guiè,
E totes pican dur.

D'abans jorn, amb la luna,
Van li(g)ar ce qu'an segat,
E cantan tot en una,
Guiè, guiè,
Un bèl Magnificat.

Los auson de La Bòria,
D'Artigas, dels Enfruts,
E se'n pòdon far glòria,
Guiè, guiè,
Que crentan pas degús.

Al cap d'una setmana,
Bastits adrechament,
Cent plonjons sus la plana,
Guiè, guiè,
Se quilhan fièrament.

Ara fan la solenca,
Amai Mossur Pradèl,
Quand l'aligòt s'entrenca,
Guiè, guiè,
Lor plang pas lo vin vièlh.

Los meissonièrs de Pradas,
En quitent Bonafònt,
Se'n van sus doas rengadas,
Guiè, guiè,
Tot'n quilhent lo volam.

Pierronet del Boriaire,
Repassa pel Folhós,
E Fineta, pecaire,
Guiè, guiè,
Li tòrna sos potons. »
Les moissonneurs de Prades
« Les moissonneurs de Prades,
Partent pour Bonnefon,
Ils s'en vont sur deux rangées,
Guié, guié,
Tout en dressant leur faucille.

Il y a Baptiste de Blaise,
Poujoulet le Fabras,
Et Gambille, bon sang,
Guié, guié,
Qui les suit par derrière.

Il y a Mannou de la Belle,
Avec ses yeux charmeurs,
Et Finette la belle,
Guié, guié,
Qui a les cheveux blonds.

Pierrounet du Bouriaïré,
Fait office de chef,
Et ils disent de lui, pauvre,
Guié, guié,
Qu'il est un peu coureur de jupons.

Et il court la nouvelle,
Qu'en passant par le Fouillous,
À Finette la belle,
Guié, guié,
Il a prêté deux bisous.

L'année est précoce,
Le blé est bien mûr,
Au champ, l'équipe arrive,
Guié, guié,
Et tous aiguisent beaucoup.

Avant l'aube, avec la lune,
Ils vont lier ce qu'ils ont moissonné,
Et ils chantent tous en une,
Guié, guié,
Un beau Magnificat.

Ils les entendent de La Borie,
D'Artigues, des Enfrux,
Et ils peuvent s'en faire une gloire,
Guié, guié,
Car ils ne craignent personne.

Au bout d'une semaine,
Bâtis adroitement,
Cent gerbiers sur la plaine,
Guié, guié,
Se dressent fièrement.

Maintenant ils font la fête,
Et même Monsieur Pradel,
Quand l'aligot est servi,
Guié, guié,
Ne leur plaint pas le vin vieux.

Les moissonneurs de Prades,
En quittant Bonnefon,
S'en vont sur deux rangées,
Guié, guié,
Tout en dressant la faucille.

Pierrounet du Bouriaïré,
Repasse par le Fouillous,
Et Finette, pauvre,
Guié, guié,
Lui rend ses bisous. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...