Lo parelh de Martin

Collecté en 2000 par IOA Sur les Communes de Najac, Olemps, Rieupeyroux Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Ce récit est illustré par un film tourné à Najac dans les années 1950 par M. de Laharpe.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MARIUS CADILHAC

né en 1920 à Rivières de Rieupeyroux.

Transcription

Occitan
Français
« Quand èri jove, pel costalon de Martin, li aviá una bastissa que aviá fach, dins lo temps, ofici de granja e d'ostal.
Lo pèra Martin èra pas riche. Aviá ben una nombrosa familha mès aviá pas qu’una vaca. E, quand voliá laurar, metiá lo jog sus la vaca d’un costat e, de l’autre costat, aquò èra la femna que teniá lo jog.
E, de temps en temps, quand laurava, lo pèra Martin, ambe l’agulhada, encoratjava son atalatge e li disiá :
“Allez, vaca, vai-z’i ! E tu, femna, o te fa(gu)es pas dire !”

Aquò's un truc vertat, aquò, mès ieu z'o ai pas vist mès aquò èra mon paire que z'o disiá. »
La paire de bœufs de Marty
« Quand j’étais jeune, sur le coteau de Marty, il y avait une bâtisse qui avait fait, dans le temps, office de grange et de maison.
Le père Marty n’était pas riche. Il avait bien une nombreuse famille mais il n’avait qu’une vache. Et, quand il voulait labourer, il mettait le joug sur la vache d’un côté et, de l’autre côté, c’était sa femme qui tenait le joug.
Et, de temps en temps, quand il labourait, le père Marty, avec l’aiguillon, encourageait son attelage et il lui disait :
Allez, vache, vas-y ! Et toi, femme, ne te le fais pas dire !”

C’était un truc vrai, ça, mais moi je ne l’ai pas vu mais c’était mon père qui le disait. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...