L'autre jorn me maridère…

Collecté en 2000 Sur la Commune de Montrozier Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les chansons dites de mal-mariées traitent de l'infortune conjugale.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

FERNANDE MIQUEL

née Ginestet en 1929 à Trébosc de Montrozier, décédée en 2017.

Transcription

Occitan
Français
« Ven de la miá memè, pas dels parents. Es encara pus vièlh, aquò. Aquò's vièlh, la memè l'aviá apresa quand se lo(g)ava al Puèg de Cadran. Aquel Puèg de Cadran se tròba al pè de Salas-la-Sorça. Aviá quinze ans quand se lo(g)ava.

“L'autre jorn me maridère,
Ne prenguère un sans-souci,
Lala, lariririri,
Ne prenguère un sans-souci.

Lo lendeman de las nòças, (bis)
El cungèt de me morir,
Lala, lariririri,
El cungèt de me morir.

I anère cercar de remèdis, (bis)
Per Pasquetas ieu n'anère,
E tornère per Sant-Martin,
Lala, lariririri,
E tornère per Sant-Martin.

Quand ieu tornère,
Lo m'anavan ensevelir,
Lala, lariririri,
Lo m'anavan ensevelir.

Sus sa tomba ieu anère, (bis)
Li dançar e li pompir,
Lala, lariririri,
Li dançar e li pompir.

Las vesinas me cridèron : (bis)
Au mens, plora ton mari !
Lala, lariririri,
Au mens, plora ton mari !

Sus sa tomba ieu anère, (bis)
Li dançar e li pompir,
Lala, lariririri,
Li dançar e li pompir.” »
L'autre jour je me mariai…
« Elle vient de ma mémé, pas de mes parents. C'est encore plus vieux, ça. C'est vieux, ma mémé l'avait apprise quand elle se louait au Puech de Cadran. Ce Puech de Cadran se trouve au pied de Salles-la-Source. Elle avait quinze ans quand elle se louait.


“L'autre jour je me mariai,
Je pris un sans-souci,
Lala, lariririri,
Je pris un sans-souci.

Le lendemain des noces, (bis)
Il crut mourir,
Lala, lariririri,
Il crut mourir.

J'allai lui chercher des remèdes, (bis)
Je partis le dimanche après Pâques,
Et je revins pour la Saint-Martin,
Lala, lariririri,
Et je revins pour la Saint-Martin.

Quand je revins,
Ils allaient me l'ensevelir,
Lala, lariririri,
Ils allaient me l'ensevelir.

Sur sa tombe j'allai, (bis)
Danser et piétiner,
Lala, lariririri,
Danser et piétiner.

Les voisines me crièrent : (bis)
Au moins, pleure ton mari !
Lala, lariririri,
Au moins, pleure ton mari !

Sur sa tombe j'allai, (bis)
Danser et piétiner,
Lala, lariririri,
Danser et piétiner.” »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...