L'occitan

Collecté en 2000 Sur la Commune de Montbazens Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Les enfants nés au début du XXe siècle arrivaient souvent à l'école parfaitement occitanophones mais peu ou pas du tout francophones. Ils étaient alors punis quand ils parlaient leur langue maternelle.

Progressivement, sur trois ou quatre générations, le territoire perdit sa langue occitane.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

YVES BONNET

né en 1927 à Solignac de Montbazens.

Transcription

Occitan
Français
« E ben me pensi ieu que lo patoès fasiá partida de nòstra cultura e es domatge que los joves lo parlan pas, gaire o presque. E, de còps, m’arribi de cantar en occitan e me trachi que la generacion que ven comprenon pas res. E aquò me fa mal. Perque aquò’s quicòm que deuriá demorar nòstra cultura, nòstre patrimoine se podèm dire.
Ai parlat patoès tot lo temps ambe mos parents, tot lo temps. Amai enquèra lo parli ambe mon enfant, amai lo parli cada jorn… E o fau esprès ! »
L'occitan
« Eh bien, je pense que le patois faisait partie de notre culture et il est dommage que les jeunes ne le parlent pas, pas beaucoup ou presque. Et, parfois, il m’arrive de chanter en occitan et je me rends compte que dans la génération qui vient ils ne comprennent rien. Et cela me fait mal. Parce que c’est quelque chose qui devrait rester notre culture, notre patrimoine si on peut dire.
J’ai parlé tout le temps patois avec mes parents, tout le temps. Et je le parle encore avec mon fils, et même tous les jours... Et je le fais exprès ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...