Las cachavièlhas (Lo vinagre amai la sal)

Collecté en 1997 Sur la Commune de Maleville Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Dans tous les pays et à toutes les époques, les jeteurs de sorts et autres emmascaires, mesenièiras, empatufaires, sorcelors ou devinhaires ont fait partie de la sociabilité locale.

Il existait plusieurs techniques pour se protéger des sorciers : porter un vêtement à l'envers, faire cuire des clous, frapper un mannequin représentant le jeteur de sorts, réciter une formule, porter plusieurs couvre-chefs à la fois…

Les cachavièlhas venaient oppresser les gens pendant leur sommeil.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ELIETTE DELHON

née en 1931 à Maleville.

Transcription

Occitan
Français
« Aquò èra de monde que anavan… Disián qu’anavan cachar lo monde, pendent la nèch. E lor disián… Quauqu’un sentiá, dins un còp pendent la nèch, coma un sarral e lor disián :
“Vendràs cercar lo vinagre amai la sal,
La balaja se la te cal !”
E lo lendeman matin, pardí, quauqu’un s’amenava del vilatge empr’aquí e veniá cercar la balaja amai la sal.
“Alara, çò li disián, aquò’s tu que m’as cachada ?”
E lor fotián un còp de balaja per las aurelhas al luòc de la lor bailar ! »
Oppresser les gens
C’était des gens qui allaient… Ils disaient qu'ils allaient oppresser les gens, pendant la nuit. Et ils leur disaient... Quelqu’un sentait, subitement pendant la nuit, comme une oppression et ils leur disaient :
“Tu viendras chercher le vinaigre et le sel,
Le balai s’il te le faut !”
Et le lendemain matin, évidemment, quelqu’un du village s’amenait par là et il venait chercher le balai et le sel.
“Alors, lui disaient-ils, c’est toi qui m’as oppressée ?”
Et ils leur foutaient un coup de balai sur les oreilles au lieu de le leur donner ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...