Vacada Solinhac de La Garriga (Galhac)

Collecté en 2005 Sur la Commune de Gaillac-d'Aveyron Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Selon un calendrier immuable, les bêtes montent sur l'Aubrac le 25 mai et en redescendent pour la Sent-Guirald (Saint-Géraud), le 13 octobre.

Il s'agit ici de la transhumance 2005. Cette année-là Pierre tenta de recommencer à traire et à fabriquer du fromage au masuc du Puech de La Treille (48).

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

PIERRE SOLINHAC

né en 1964 à Rodez.

Transcription

Occitan
Français
« Hussarde, oui. Aquò's en françés parce que aquela annada aquò's la letra H, alara soi oblijat de las sonar en francés. I a pas qu'aquela ara. Totas an un nom occitan. Justament, ai de problèmas per escriure parce que tot lo monde m'escarnisson los noms a ieu. Parce que lo monde vòlon pas comprene que l'occitan aquò's una lenga que a sa pròpra ortografia. Alara o vòlon escriure coma lo francés. Aquò's lo diable, aquò ! I soi acostumat parce que ieu ai un nom occitan atanben e, dempièi que soi a l'escòla, me cal me batre per far escriure mon nom coma cal. Parce que arrèstan pas d'estropiar mon nom. Pòdon pas imaginar, lo monde, mème de vièlhs que parlan bien la lenga e tot, que aquò s'escriu pas coma lo francés.
E coma… Voliái dire quicòm atanben. Me veiretz pas jamai metre un drapèu de la Republica sus una vaca d'Aubrac a-z-ieu parce que la Republica a tot fach per tuar nòstra lenga e tot fach per tuar la raça d'Aubrac. Es nòstra tradicion. Alara i aurà pas jamai un drapèu sus cap de vaca.
A la montanha fa pas jamai calor a petar, i a totjorn d'èrt. Las bèstias o sabon aquò. E los òmes atanben, quand avèm fach qualques temps a la montanha, podèm pas far dins lo causse o en bas, es pas possible.
Ma familha a pas avut jamai cap de montanha mès avèm totjorn montat de vacas a la montanha. E un còp èra, montavan de vacas a la montanha coma tot lo monde, dins la causse, per mólzer. E l'estiva… La paga de l'estiva, aquò èra lo lach de las vacas. Molzián las vacas sus l'Aubrac. E pièi après, ambe la modernizacion, tot aquò, e lo prètz atanben de las estivas que montavan, parce que degús molziá pas pus alara pagàvem per estivar. E mon paire aviá arrestat de montar de vacas a la montanha, pendent tretze ans. E pièi tornère començar, ieu, pichon a pichon. Montère qualquas doblonas, pièi qualquas vacas et voilà.E ara, aquò's lo contrari, demòra pas gaire de vacas dins lo causse. Augan, n'i a pas que quinze que van demorar.
Aquò's estat juste un afaire de rencontra. Ère ambe lo proprietari de la montanha e, en parlent, atal, que ieu, s'aviái una montanha aquò m'agradariá de mólzer. E me di(gu)èt :
“Mès, per de qué pas ?”
Alara di(gu)ère :
“E ben tant pis, allez !I vam.”
Anave adujar, coma aquò, dins un masuc, quand avián besonh de ieu, la prima, los premièrs jorns, aquí, per adondar lo bestial. E pièi quand avián besonh de qualqu'un, que avián quicòm, una fèsta o quicòm mai, que mancava un òme, i anave, ieu, per adujar atal. E pièi aquò's coma aquò qu'es venguda la passion. Me di(gu)ère :
“Aquel mestièr es formidable !”
Pièi, aquò èra ambe de vacas d'Aubrac. Benlèu qu'auriá estat ambe de vacas pi(g)adas, la passion seriá pas venguda. Ambe de vacas d'Aubrac, passar sa vida, tot l'estiu, amai l'ivèrn, finalament, e l'estiu ambe de vacas d'Aubrac, di(gu)ère :
“Per de qué pas ?”
Ben aquí montam per quatre mes e mièg, jusc'al tretze d'octobre. Voilà.Veirem pas la secada del causse. Quand tornarem venir, i aurà d'èrba, tornar. Aurà plògut, lo mes de setembre.
Aquò's totjorn estat ma passion de far lo camin a pè, aquí, de montar las vacas. Poiriái pas far en camion, ieu. Los vedèls, soi oblijat mès, las vacas… E pièi, aquò's coma aquò que vesèm la rusticitat de la raça. Podèm far la seleccion. Cossí volètz dire qu'una vaca d'Aubrac a de bons pès se fasètz pas que tres quilòmèstres per las cambiar ? Tandis qu'aquí, tota una jornada a marchar… Las vesèm las bonas vacas que marchan. La seleccion se fa tota sola, aquí. La rusticitat se consèrva.
L'ai totjorn ausida parlar a l'ostal mès, de còps que i a, coma se disiá, a tròp escotar a l'escòla, de pas parlar qu'una lenga, los vièlhs, quoi, voilà…La parlan entr'eles mès la parlan pas als joves. E mon paire, ieu, m'a pas jamai bien parlat en lenga d'òc, un pauc qualquas expressions parce que i a d'expressions que podèm pas dire en francés. Mès m'a pas jamai tengut cap de conversacion parce que an tròp escotat l'escòla de pas parlar la lenga, aquela lenga, et voilàe pièi aquò rèsta, aquò. Èra pas bien de parlar la lenga d'òc als joves. Mès bon, soi estat oblijat de la comprene parce que l'ai totjorn ausida dins las fièiras e pertot. I a vint-a-cinc o trenta ans en arrièr, dins las fièiras o tot aquò qu'èra agricòla, se parlava pas bien francés.
Cal far forbiar un tropèl qu'es pels passes, aquí. Es montat tròp lèu, aquel d'aquí. Podèm pas passar aquí al mièg de la montanha. Lo cal far forbiar pel costat per pas que las nòstras se mesclen. Parce que i a de vedèls, ambe aquelas vacas, alara, las nòstras, se veson de vedèls, cercaràn a los amassar e nos escaparàn… En principe, i a pas de problèma. I a pas grand monde que a de bèstias francas alara per las montanhas.
Aquò's la darnièira montanha que traversam, lo masuc es en faça aval.
– Ah oui,aquò's un plaser de las veire aquí ! Vèja me aquò ! Cal triar, ara.
– Vedelon ! Vedelon ! Vedelon ! Vèni ! Vèni ! Vèni ! »
Troupeau de la famille Solinhac de La Garrigue (Gaillac d'Aveyron)
« Hussarde, oui. C’est en français parce que cette année c’est la lettre H, alors je suis obligé de les baptiser en français. Il n’y a que celle-là maintenant. Toutes ont un nom occitan. Justement, j’ai des problèmes pour écrire parce que tout le monde déforme mes noms à moi. Parce que les gens ne veulent pas comprendre que l’occitan est une langue qui a sa propre orthographe. Alors, ils veulent l’écrire comme le français. C’est terrible, ça ! J’y suis habitué parce que j’ai un nom occitan aussi et, depuis que je suis à l’école, il me faut me battre pour faire écrire mon nom comme il faut. Parce qu’on n’arrête pas d’estropier mon nom. Ils ne peuvent pas imaginer, les gens, même des vieux qui parlent bien la langue et tout, que ça ne s’écrit pas comme le français.
Et comme... Je voulais dire quelque chose aussi. Vous ne me verrez jamais mettre un drapeau de la République sur une vache d’Aubrac parce que la République a tout fait pour tuer notre langue et tout fait pour tuer la race d’Aubrac. C’est notre tradition. Alors il n’y aura jamais aucun drapeau sur aucune vache.
À la montagne il ne fait jamais trop chaud, il y a toujours de l’air. Les bêtes le savent ça. Et les hommes aussi, quand nous avons travaillé quelque temps à la montagne, nous ne pouvons plus travailler dans le causse ou en bas, ce n’est pas possible.
Ma famille n’a jamais eu de montagne mais nous avons toujours monté des vaches à la montagne. Et autrefois, ils montaient des vaches à la montagne comme tout le monde, dans le causse, pour traire. Et l’estive... La paye de l’estive, c’était le lait des vaches. Ils trayaient les vaches sur l’Aubrac. Et puis ensuite, avec la modernisation, tout ça, et le prix aussi des estives qui monte, parce que personne ne trait plus alors nous payions pour l’estive. Et mon père avait arrêté de monter des vaches à la montagne, pendant treize ans. Et puis j’ai recommencé, moi, petit à petit. J’ai monté quelques doublonnes, puis quelques vaches et voilà. Et maintenant, c’est le contraire, il ne reste que quelques vaches sur le causse. Cette année, il n’y en a que quinze qui vont y rester.
Ça a juste été une affaire de rencontre. J’étais avec le propriétaire de la montagne et, en parlant, comme ça, je dis que moi, si j’avais une montagne, ça me plairait de traire. Et il m’a dit :
“Mais pourquoi pas ?”
Alors j’ai dit :
“Eh bien, tant pis, allez ! On y va.”
J’allais aider, comme ça, dans un masuc, quand ils avaient besoin de moi, au printemps, les premiers jours, là, pour habituer les bêtes. Et puis quand ils avaient besoin de quelqu’un, qu’ils avaient quelque chose, une fête ou quelque chose d’autre, qu’il manquait un homme, j’y allais, moi, pour aider comme ça. Et puis c’est comme ça qu’est venue la passion. Je me suis dit :
“Ce métier est formidable !”
Puis, c’était avec des vaches d’Aubrac. Peut-être que si ça avait été avec des vaches noires et blanches, la passion ne serait pas venue. Avec des vaches d’Aubrac, passer sa vie, tout l’été, et même l’hiver, finalement, et l’été avec des vaches d’Aubrac, j’ai dit :
“Pourquoi pas ?”
Eh bien, nous montons pour quatre mois et demi, jusqu’au 13 octobre. Voilà. Nous ne verrons pas la sécheresse du causse. Quand nous reviendrons, il y aura de l’herbe, à nouveau. Il aura plu, au mois de septembre.
Ça a toujours été ma passion de faire le chemin à pied, là, de monter les vaches. Je ne pourrais pas le faire en camion, moi. Les veaux, je suis obligé, mais les vaches... Et puis, c’est comme ça que nous voyons la rusticité de la race. Nous pouvons faire la sélection. Comment voulez-vous dire qu’une vache aubrac a de bons pieds si vous ne faites que trois kilomètres pour les déplacer ? Alors que là, toute une journée à marcher... Nous voyons les bonnes vaches qui marchent. La sélection se fait toute seule, là. La rusticité se conserve.
Je l’ai toujours entendu parler à la maison, mais, parfois, comme on disait, à trop écouter à l’école, ne parler qu’une langue, les vieux, quoi, voilà... Ils la parlent entre eux, mais ils ne la parlent pas aux jeunes. Et mon père, moi, ne m’a jamais beaucoup parlé en langue d’oc, un peu quelques expressions parce qu’il y a des expressions qu’on ne peut pas dire en français. Mais il ne m’a jamais tenu de conversation parce qu’ils ont trop écouté l’école qui disait de ne pas parler la langue, cette langue, et voilà et puis ça reste, ça. Ce n’était pas bien de parler la langue d’oc aux jeunes. Mais bon, j’ai été obligé de la comprendre parce que je l’ai toujours entendue dans les foires et partout. Il y a vingt-cinq ou trente ans en arrière, dans les foires et tout ce qui était agricole, on ne parlait pas beaucoup français.
Il faut éloigner un troupeau qui est sur notre passage, là. Il est monté trop vite, celui-là. Nous ne pouvons pas passer au milieu de la montagne. Il faut l'écarter pour ne pas que les mélanger aux nôtres. Parce qu’il y a des veaux, avec ces vaches, alors, les nôtres, si elles voient des veaux, elles chercheront à les rejoindre et elles nous échapperont... En principe, il n’y a pas de problème. Il n’y a pas grand monde qui a des bêtes dociles maintenant dans les montagnes.
C’est la dernière montagne que nous traversons, le masuc est en face là-bas.
– Ah oui, c’est un plaisir de les voir là ! Regarde-moi ça ! Il faut les trier, maintenant.
– Petit veau ! Petit veau ! Petit veau ! Viens ! Viens ! Viens ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...