Lo rossinhòl

Collecté en 2000 Sur les Communes de Gaillac-d'Aveyron, Lassouts Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On raconte que la chanson “Lo rossinhòl”, collectée entre autres par Frédéric Mistral au milieu du XIXe siècle, est en rapport avec les guerres de Napoléon, lorsque les prisonniers des pontons de Gilbraltar confiaient leurs pensées au rossignol qui remontait vers le nord.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

MICHEL LACAZE

né en 1932 à Lassouts.

Transcription

Occitan
Français
« Aquí avèm la prima qu’apròcha,
Lo rossinhòl ven d’arribar,
Aquò’s l’amor que donc lo cocha,
E que lo fa tant bresilhar.
E que lo fa tant bresilhar,
Dins lo boscatge,
E del pus luènh que l’ai ausit,
M’a rejoít, m’a rejoít.

Li donarai per recompensa,
La libertat dins mon jardin,
Al jardinièr farai defensa,
De li pas far cap de chagrin.
Se per azard vòl anisar,
Dins lo boscatge,
Li mancarà pas de fricòt,
Per sos pichòts, per sos pichòts.

“Mossur se vei a vòstra mina,
Que duvètz aimar los aucèls,
Ieu n’aimarai qu’una cardina,
Que me canta dels èrts novèls.
Que me canta dels èrts novèls,
Dins lo boscatge,
E que m’empacha de durmir,
Ser e matin, ser e matin.”

Aquí avèm setembre qu’arriba,
Lo rossinhòl va se'n anar,
Davalarà lòng de la riba,
Prèp de la mar per ivernar.
Prèp de la mar per ivernar,
Luènh del boscatge,
Lo boscatge portarà dòl,
Del rossinhòl, del rossinhòl.

Aquò’s una cançon que sabe dempèi l’atge de cinc o sièis ans. Aquò’s mon paire certenament que la m’aviá apresa parce que el aimava bien cantar. »
Le rossignol
« Voilà le printemps qui approche,
Le rossignol vient d’arriver,
C’est l’amour qui le pousse,
C’est donc l’amour qui le pousse,
Et qui le fait tant gazouiller.
Et qui le fait tant gazouiller,
Dans le bosquet,
Et du plus loin que je l’ai entendu,
Il m’a réjoui, il m’a réjoui.

Je lui donnerai pour récompense,
La liberté dans mon jardin,
Je défendrai au jardinier
De lui causer du chagrin.
Si par hasard il veut nicher,
Dans le bosquet,
Il n’y manquera pas de fricot,
Pour ses petits, pour ses petits.

“Monsieur, on voit à votre tête,
Que vous devez aimer les oiseaux,
Moi, je n’aimerai qu’un chardonneret,
Qui me chante des airs nouveaux.
Qui me chante des airs nouveaux,
Dans le bosquet,
Et qui m’empêche de dormir,
Soir et matin, soir et matin.”

Voilà septembre qui arrive,
Le rossignol va s’en aller,
Il descendra le long de la rive,
Près de la mer pour hiverner.
Près de la mer pour hiverner,
Loin du bosquet,
Le bosquet portera le deuil,
Du rossignol, du rossignol.

C’est une chanson que je sais depuis l’âge de cinq ou six ans. C’est certainement mon père qui me l’avait apprise parce qu’il aimait bien chanter. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...