La lèbre de la Catin

Collecté en 2004 Sur la Commune de Druelle Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

La foi n'empêchait pas l'existence d'histoires drôles, de formules ou de chants satiriques ironisant sur le clergé, les paroissiens ou les pratiques religieuses. Les chants satiriques ironisant sur des institutions et les parodies du sacré sont calqués sur des matrices issues de la liturgie.

Les parodies du sacré sont le reflet d’une population très christianisée connaissant bien la liturgie. Les fausses vêpres, préfaces, litanies ou épîtres en occitan se transmettaient parfois même entre séminaristes dans la plus pure tradition estudiantine. Les chants ironisant sur les serviteurs de l’Eglise ne procédaient pas forcément, en Rouergue, d’un anticléricalisme viscéral.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Gilbert ESPINASSE

né en 1944 à Sévignac de Druelle.

Transcription

Occitan
Français
« Quand ère gamin, bien sûr, fasiái clergue coma totes dins lo país. E aviam un curat, a l’epòca, que èra pas dels pus riches, lo paure bogre, lo país es paure e, per viure, aviá ben una cabra mès biure de lach de cabra cada matin, aquò a fòrça de far… Mas que beu(gu)èsse de vin blanc a pena a la messa, aquò èra pas plan satisfesent per el.
E aimava bien braconar perque i aviá de gibièr a l’epòca, vos parle ieu ère tot a fet gamin, i aviá de gibièr dins lo país : de lèbres, de lapins, de perdi(g)als, mancava pas de tot aquò…
Èra un bocin braconièr e lo matin donc, abans la messa premièira, èra anat far un torn als liçons que plaçava. Sabètz qu’es aquò un liçon ? Voilà. Alara va veire lo liçon e, aquel jorn, i aviá una lèbre, una polida lebrassa ! E vitament la pausa al presbitari e, coma èra ora d’anar sonar la messa, agèt pas lo temps de veire la Catin, la serventa, cossí voliá que lo li fa(gu)èsse còire.
E vitament se'n va a la messa e pensèt pas pus a la lèbre. Et voilà ! Alara ditz sa messa, alara èra a la prefàça aquí. Alara quand entona la prefàça fa(gu)èt :

“Redís bailhon tot met
Per començar lo tarrin,
Nos tibi semper et ubique,
Gratias agere,
Semper Virgo Maria.”

Puis, tot en un còp, dòna un còp d’uèlh a drecha, te vei la Catin aval dins la sacrestiá, en fàça la pòrta aquí, te fasiá veire una lebrassa.
“Ò bogre !”, di(gu)èt, comprenguèt de suita.
Alara contunha la prefàça sans que degús s’agèssa trachat de res, ni mai nautres qu’èrem clergues :

“E tus, Catin,
De qué fas aquí
Amb aquel lapin ?”

Alara la Catin tot de suita li ditz :

“Cossí volètz que lo meta ?

– Metràs lo davant bolhit,
E lo darrèr rostit,
E las fetjoletas,
En salça blanca !
Et ideo cum Angelis et Archangelis
Cherubim quoque ac Seraphin
Qui non cessant clamare quotidie,
Sine fine dicentes.”

Et voilà ! Agèt cantat la prefàça, Catin sachèt cossí còire lo lapin e los paroessiens se trachèron pas de res !
Aquò’s vertat çò que vos raconte ! »
Le lièvre de Cathy
« Quand j’étais gamin, bien sûr, je faisais enfant de chœur comme tout le monde dans la région. Et nous avions un curé, à l’époque, qui n’était pas des plus riches, le pauvre bougre, la région est pauvre et, pour vivre, il avait bien une chèvre mais boire du lait de chèvre chaque matin, à force, ça lasse ! Même s'il buvait un peu de vin blanc à la messe, ce n’était pas satisfaisant pour lui.
Et il aimait bien braconner parce qu’il y avait du gibier à l’époque, je parle de l’époque où j’étais tout à fait gamin, il y avait du gibier dans la région : des lièvres, des lapins, des perdreaux, ça ne manquait pas…
Il était un peu braconnier et le matin donc, avant la première messe, il était allé faire un tour du côté des collets qu’il plaçait. Vous savez ce qu’est un collet ? Voilà. Alors il va voir le collet et ce jour-là il y avait un lièvre, un beau lièvre ! Et vite il le pose au presbytère et, comme il était l’heure d’aller sonner la messe, il n’eut pas le temps de voir la Cathy, sa servante, pour lui dire comment il voulait qu’elle le lui fasse cuire. Et vite, il s’en va à la messe et ne pensa plus au lièvre. Et voilà ! Alors, il dit la messe, et il en était alors à la préface, là. Alors, quand il entonne la préface, il fit :

“Redís bailhon tout met
Pour commencer le tarrin,
Nos tibi semper et ubique,
Gratias agere,
Semper Virgo Maria.”

Puis, tout à coup, il donne un coup d’œil à droite, il voit la Cathy là-bas, dans la sacristie, en face de la porte, elle montrait un lièvre.
“Oh, bougre !”, dit-il, il comprit de suite.
Alors, il continue la préface sans que personne ne se soit aperçu de rien, ni nous non plus qui étions enfants de chœur :

“Et toi, Cathy,
Que fais-tu ici
Avec ce lapin ?”

Alors la Cathy lui dit tout de suite :

“Comment voulez-vous que je le prépare ?
– Tu feras bouillir le devant,
Et tu rôtiras le derrière,
Et le foie et les poumons,
À la sauce blanche.
Et ideo cum Angelis et Archangelis
Cherubim quoque ac Seraphim
Qui non cessant clamare quotidie,
Sine fine dicentes.”

Et voilà ! Il avait chanté la préface, Cathy savait comment faire cuire le lapin et les paroissiens ne s’aperçurent de rien !
Ce que je vous raconte est vrai ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...