Un dimenge matin…

Collecté en 2000 Sur la Commune de Coussergues Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

ANDRÉ GRIFFOUL

né en 1936 à Montals de Coussergues.

Transcription

Occitan
Français
« Un dimenge matin,
En anent a la messa,
Trobère la borjoesa,
Que fasiá de complòts :
“Mès cossí poiriam faire,
Los obrièrs manjan tròp !”
Mès ieu, mès ieu me soi dich,
Me soi dich dins ieu-mème :
“Quand la prima vendrà,
Adius pauras violetas,
Trabalharà qual voldrà.”
La prima m'es tornada :
“Nòstre còmpte, nòstre mèstre !
– Mès volètz mès partir ?
– A París la grand’ vila,
Anarem trabalhar.
– Ò maudits provencents,
Auriatz pas mès lo coratge,
Auriatz pas mès lo coratge,
De me quitar en plen trabalh,
Al renfòrt de l’obratge,
Dins aquel grand bastiment.”
Aquò èra lo grand-pèra que la m’apreniá. »
Un dimanche matin…
« Un dimanche matin,
En allant à la messe,
Je rencontrai la bourgeoise,
Qui faisait des complots :
“Comment pourrions-nous faire,
Les ouvriers mangent trop !”
Mais moi, je me suis dit,
Je me suis dit en moi-même :
“Quand le printemps viendra,
Adieu pauvres violettes,
Travaillera qui voudra.”
Le printemps m'est revenu :
“Notre compte, notre maître !
– Vous voulez donc partir ?
– À Paris, la grande ville,
Nous irons travailler.
– Oh, maudits provinciaux,
Vous n’auriez pas le courage,
Vous n’auriez pas le courage,
De me quitter en plein travail,
Au renfort de l’ouvrage,
Dans ce grand bâtiment.”

C’était mon grand-père qui me l’apprenait. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...