Las pèiras de veren

Collecté en 2000 Sur la Commune de Condom-d'Aubrac Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

On disait que certaines pierres avaient le pouvoir de neutraliser l'action d'un venin.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

JULIETTE GASQ

née Minisclou en 1921 à La Poujade de Condom.

Transcription

Occitan
Français
« Ma bèla-mèra aviá aquela boeta de pèiras dins un armari e me ditz :
“Aquelas pèiras, sa(b)es que las te cal pas escampar qu'aquò's [Untal] que las me donèt, pareis qu'aquò's bon per las vipères, per quand una vipèra vos mòrsa, los grapalds…”
Enfin, sai pas de que me contèt. Tot aquò…
Ço ditz : “Mèmes per las brutl(ad)uras.”
Ieu sabiái pas, las te laissave aquí.
Sans aquò, un jorn, un vièlhon de la maison de retraitede Sant-Cosme ven ambe la sur que èra aicí, de La Pojada, e alara pièi davalèrem ambe el, davalèrem al fons de La Pojada e me ditz :
“A-n-aquel ostal, aquí, quand ieu ère jove, i me menèron qu'una sèrp m'aviá morsat per una man. Ieu ère a las abròas, alai, mès marchèrem vite per venir aquí, la man començava de s'anflar. Aquela femna atapèt una assièta, aquí, metèt d'ai(g)a dedins, metèt aquelas pèiras, sabiá pas benlèu… E la man aquí dedins, me fa(gu)èt tenir la man aquí dedins.”
Aquò's tot. Se sonhèt ambe aquelas pèiras :
“Mès qual sap end son aquelas pèiras ? Las ai pas tornadas veire…”
Alara, ieu li fau :
“Ieu las ai, aquelas pèiras. [Untal], aquí, las donèt a ma bèla-mèra.”
E n'i a una que pareis qu'èra venguda de Bonaval, d'aquelas pèiras.
Un còp, netejave lo prat, aquí, i aviá de boissons e tirère aquelses boissons, los sorti(gu)ère d'aval. Sai pas s'aquò èra un boisson que m'aviá picada, lo lendeman agère la man anfla, gròssa. Di(gu)ère :
“Quand mèmes, se me cal anar al medecin per aquò…”
Aquò me doliá pas mès aquò èra anflat.
Alara atapère las pèiras. Di(gu)ère :
“Ten, Cenraud… Benlèu farián aquelas pèiras… Quand me disiá, Cenraud…”
Alara las metère dins l'assièta e metère la man aquí.
E pièi aquò se desanflèt ben. I agèt pas… Tornère pas al medecin per res.
Sai pas perqué m'èra anflada, s'aquò èra una verenada o s'aquò èra lo boisson. »
Les pierres à venin
« Ma belle-mère avait cette boîte de pierres dans une armoire et elle me dit :
“Ces pierres, tu sais qu’il ne faut pas les jeter, c’est [Untel] qui me les a données, il paraît que c’est bon pour les vipères, quand une vipère vous mord, les crapauds...”
Enfin, je ne sais pas ce qu’elle m’a raconté. Tout ça...
Elle a dit : “Même pour les brûlures.”
Moi je ne savais pas, je les laissais là.
Sans ça, un jour, un petit vieux de la maison de retraite de Saint-Côme vient avec la sœur qui était ici, de La Poujade, et alors ensuite nous sommes descendus avec lui, et nous sommes descendus au fond de La Poujade et il me dit :
“À cette maison, là, quand j’étais jeune, on m’y a emmené parce qu’un serpent m’avait mordu à une main. Moi, j’étais à l’orée, là-bas, mais nous avons vite marché pour venir là, ma main commençait à enfler. Cette femme a attrapé une assiette, là, elle a mis de l’eau dedans, elle a mis ces pierres, elle ne savait pas peut-être... Et la main là-dedans, elle m’a fait tenir la main là-dedans.”
C’est tout. Il se soigna avec ces pierres :
“Mais qui sait où sont ces pierres ? Je ne les ai pas revues...”
Alors, moi je lui fais :
“Moi je les ai, ces pierres. [Untel], là, les a données à ma belle-mère.”
Et il y en a une de ces pierres qui était venue, paraît-il, de Bonneval.
Une fois, je nettoyais le pré, là, il y avait des buissons et j’ai tiré ces buissons, je les ai sortis de là-bas. Je ne sais pas si c’était un buisson qui m’avait piquée, le lendemain, j’ai eu la main enflée, grosse. J’ai dit :
“Quand même, s’il me faut aller chez le médecin pour ça...”
Ça ne me faisait pas mal, mais c’était enflé.
Alors, j’ai attrapé les pierres. J’ai dit :
“Tiens, Cenraud... Peut-être que ces pierres seraient efficaces... Quand il me disait, Cenraud...”
Alors, je les ai mises dans l’assiette et j’ai mis la main là.
Et puis ça s’est bien désenflé. Il n’y a pas eu... Je ne suis pas retourné chez le médecin pour rien.
Je ne sais pas pourquoi j’étais enflée, si c’était dû à du venin ou si c’était le buisson. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...