Lo Drap en cavala

Collecté en 2001 Sur les Communes de Centrès, Salles-la-Source Voir sur la carte
J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

Le Drac ou Drap est un personnage fantastique parfois farceur ou moqueur, souvent inquiétant. Il avait la faculté de se transformer en animal ou en objet. Esprit aquatique chez les Romains, on disait qu'il était le fils du Diable.

Le récit de la cavala est un grand classique des histoires du Drac. Une jument aide des enfants à traverser une rivière, allongeant son dos pour que tous les enfants puissent la monter. Le dernier, effrayé, fait un signe de croix et la jument disparaît avant d'avoir pu noyer les enfants.

Une version de cette histoire a été recueillie à Laguiole par l’équipe de la R.C.P. Aubrac auprès de M.Doly. Elle figure également dans l'œuvre de l'écrivain Jean Boudou (1920-1975), “Lo caval de La Calquièira”.

Doria tient cette histoire de son grand-père, Auguste Rech, de Taurines, près de Centrès, sur le Ségala.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

DORIA JIOVANNINI

née Rech en 1919 à Taurines de Centrès.

Transcription

Occitan
Français
« Un còp èra, avètz totes entendut que parlavan del Drap. Alèra aquò èra quatre junes òmes que venián d’una vòta. Una vòta aquò èra una fèsta. Avián talament begut que s’èran trompat de camin. Arribèron al fons del prat, i aviá una ribièira. E la caliá sautar… E avián pas res per la sautar. S’assetèron per tèrra… Èran aquí en trenh de discutar quand, tot d’un còp, vegèron un chaval darrèr elses.
“O mès, di(gu)èron, aquò’s nòstre salut. Vam prene aquel ase e li vam far sautar la ribièira !”
E alèra lo van cercar, totes mòntan sus aquela cavala. E lo darrèr – èran quatre, li montèron totes los quatre – mès lo quatrièma agèt lo biais de faire lo signe de la crotz dadans de montar sus l’ase. L’ase sautèt de l’autre costat e entendèron que disiá :
“A que sans un In Nomine Patri,vos auriái ben negats totes quatre !” »
Le Drap transformé en jument
« Autrefois, vous avez tous entendu dire qu’on parlait du Drap. Alors, c’étaient quatre jeunes hommes qui revenaient d’une fête. Une vòta, c’était une fête votive. Ils avaient tellement bu qu’ils s’étaient trompés de chemin. Ils arrivèrent au fond d’un pré, il y avait une rivière. Et il fallait la sauter. Ils s’assirent par terre... Ils étaient là en train de discuter quand, tout à coup, ils virent un cheval derrière eux.
“Oh, dirent-ils, voilà notre salut. nous allons prendre cet âne et nous allons lui faire sauter la rivière !”
Ils vont donc le chercher, ils montent tous sur cette jument. Et le dernier – ils étaient quatre, ils y montèrent tous les quatre – mais le quatrième eut l’esprit de faire le signe de la croix avant de monter sur l’âne. L’âne sauta de l’autre côté et ils entendirent qu’il disait :
“Ah ! sans un In Nomine Patri, je vous aurais volontiers noyé tous les quatre ! »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...