J'apporte des précisions ou
je demande la traduction >

Introduction

A l'école, les enfants étaient punis quand ils parlaient leur langue maternelle, l'occitan. On leur suspendait parfois un sabot autour du cou pour les humilier. L'autre méthode très efficace était celle du sinhal. Quand un enfant parlait occitan, le maître lui donnait un objet en bois appelé sinhal. Celui qui détenait le sinhal en fin de journée était puni. Pour se débarrasser de cet objet, les écoliers devaient dénoncer l'un de leur camarade qui s'était exprimé dans la langue interdite.

Vidéo

© Amic BEDEL - Tous droits réservés Institut occitan de l'Aveyron

Jean-Louis VAYSSADE

né en 1936 à Castelnau de Mandailles.

Transcription

Occitan
Français
« Mès que pièi, quand partiam en pension, lo patoès, malgréque sachèssem lo francés, nos escapava. E a nòu ans, me trobave en pension e me sovene a Sent-Ginièis, a Sent-Loís. E, aquí, nos trobàvem qualqu’unses de la montanha o de totes los coenhs, e quand nos podiam entre naltres parlar patoès, vos pòde dire qu'èrem uroses. Mès lo survelhent nos gaitava talament que, quand vesiá un pichòt grope e que nos fixava los uèlhs, nos dispersàvem. E compreniá très bienqu’aviam parlat lo patoès. E aquò èra talament defendut… Diu sap totas las linhas que nos donavan per nos punir per çò que aviam parlat patoès !
E me sovene que i aviá un mèstre que un còp aviá trobat un sistème per nos far evitar e per nos far mochardar l’un l’altre d’una manièira indirècta per aqueles que parlàvem lo patoès. Voilàde que aquò consistava : donc, lo prumièr que posquèt atapar que parlava patoès, aviá fach un bocin de boès, un genre de pichòta quilha, enfin un pauc faiçonat, amb una ficèla, e o pinjava al còl. E li disiá que se desbrolhèsse per ni trobar un altre que parlava patoès per i pinjar la ficèla ambe lo bocin de boès. E d’un a l’altre aquò contunhava. E quand arribava lo sabtes, aquel qu’aviá encara lo bocin de boès ambe la ficèla al torn del còl o a la man, pauc impòrta, portava la punicion de totes los altres. E vos pòde dire que aquò èra una manièira pro… vos dirai viciosa, per çò que bien sovent quand aviatz lo bocin de boès al torn del còl vos tardava de trobar un altre patoès per lo li metre. Aquò’s tot çò que vos pòde dire. »
Le patois
« Mais ensuite, quand nous partions en pension, bien que nous ayons su le français, le patois nous échappait. Et à neuf ans, je me trouvais en pension, je me souviens, à Saint-Geniez, à Saint-Louis. Et là, nous étions quelques-uns de la montagne ou de tous les coins, et quand nous pouvions parler patois entre nous, je peux vous dire que nous étions heureux. Mais le surveillant nous guettait tant que, quand il voyait un petit groupe, il nous fixait dans les yeux, nous nous dispersions. Il comprenait très bien que nous avions parlé patois. Et c’était tellement interdit... Dieu sait toutes les lignes qu’ils nous donnaient pour nous punir parce que nous avions parlé patois !
Je me souviens qu’il y avait un maître qui avait trouvé un système pour nous empêcher de parler patois et pour que nous nous dénoncions les uns les autres d’une manière indirecte. Voilà en quoi cela consistait : donc, le premier qu’il pouvait surprendre à parler patois, il avait fait un morceau de bois, un genre de petite quille, enfin un peu façonné, avec une ficelle, et il le lui pendait au cou. Et il lui disait de se débrouiller pour trouver quelqu’un d’autre qui parlait patois pour lui pendre la ficelle avec le morceau de bois. Et de l’un à l’autre, cela continuait. Et quand le samedi arrivait, celui qui avait encore le morceau de bois avec la ficelle autour du cou ou à la main, peu importe, subissait la punition pour tous les autres. Et je peux vous dire que c’était une manière assez... je dirai vicieuse, parce que bien souvent, quand vous aviez le morceau de bois autour du cou, il vous tardait de trouver quelqu’un qui parle patois pour le lui mettre. C’est tout ce que je peux vous dire. »

Localisation

Vous aimerez aussi...

En cours de chargement...